Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Bernadette Chirac : voilà pourquoi elle voulait mourir avant Jacques Chirac

Publié par Claire JONNIER le 03 Oct 2019 à 19:15
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Depuis le 26 septembre dernier, tous les yeux se tournent désormais vers Bernadette Chirac. Décrite comme fatiguée et particulièrement fragilisée, l’ancienne première dame reste à l’écart de toute l’agitation. Et pour cause, selon le journaliste Erwan L’Eléouet, elle espérait ne pas survivre à son époux.

La suite après cette publicité

>> À lire aussi : La relation de Brigitte Macron avec un célèbre journaliste Français vient d’être dévoilée…

Bernadette Chirac : survivre à son époux, sa pire crainte

La suite après cette publicité

Le 26 septembre dernier, la France s’arrête pour saluer et rendre hommage à un homme politique qui aura marqué sa génération : Jacques Chirac. Et désormais, tous les regards se tournent vers l’ancienne première dame, Bernadette Chirac. A priori, elle serait fatiguée, fragilisée et muette et d’ailleurs, c’est la raison pour laquelle elle aurait refusé de se rendre aux obsèques de son époux.

Un état de santé qui est confirmé par l’auteur de Bernadette Chirac, les secrets d’une conquête et dans lequel il décrit une personne « qui est très fragilisée. » Ainsi, pour « la préserver de toute cette agitation », ses proches ont préféré une cérémonie privée aux Invalides plutôt qu’à Saint-Sulpice. Mais derrière la terrible perte de celui qu’elle a aimé toute sa vie, se cache une crainte indicible et que rapporte Erwan L’Eléouet au micro de RTL, ce lundi 30 septembre.

>> À lire aussi : On sait enfin ce qu’a dit François Hollande à Carla Bruni lors de l’hommage à Jacques Chirac (vidéo)

La suite après cette publicité

Très dépendante de son époux

Ce lundi 30 septembre, Erwan L’Eléouet revient sur le couple que formaient Jacques et Bernadette Chirac. Quant à cette dernière, il la décrit comme une « femme dépendante » de son mari. D’ailleurs, il soutient qu’il n’invente rien puisque le biographe Patrick de Carolis en avait déjà parlé dans son livre en 2001.C’est ainsi qu’à l’intérieur, nous découvrons les propos de la première dame elle-même.

« La mort est un sujet qu’on évite d’aborder avec mon mari. Une chose est sûre, j’espère que je partirai la première sinon je ne sais pas comment je survivrai. Je ne pourrai pas résister. J’admire beaucoup les femmes qui sont capables d’assumer, car je suis finalement très dépendante. »

La suite après cette publicité

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.