Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Politique

Le gouvernement dit-il toute la vérité ? Ce qu’il pourrait bien cacher aux Français

Publié par Claire JONNIER le 02 Avr 2020 à 11:02

Dès le départ, le gouvernement a décidé de miser sur la transparence concernant le coronavirus. Mais malgré les chiffres et les engagements, une enquête menée par YouGov pour Le HuffPost montre que 71 % des Français n’ont pas confiance. Pire encore, ils sont certains que les membres de l’exécutif ne leur disent pas toute la vérité.

>> À lire aussi : Déclaration de revenus : la grande annonce du gouvernement suite au Coronavirus

Coronavirus : les Français n’ont pas confiance

La crise du coronavirus est en train de coûter cher au gouvernement ! Déjà parce que l’opposition tente une incursion et s’en prend violemment à Emmanuel Macron concernant le maintien des élections municipales. Mais surtout, parce que les Français ne semblent pas avoir confiance. En tous les cas, c’est ce que démontre une enquête réalisée par YouGov pour Le HuffPost.

Réalisée entre le 30 et le 31 mars, la question est simple : “pensez-vous que le gouvernement a dit toute la vérité sur l’épidémie de coronavirus ? ». Et la réponse, elle est sans appel avec 71 % des sondés qui répondent « non ». À l’intérieur, il semblerait que 92 % soient des sympathisants du Rassemblement National qui adhèrent au « mensonge d’État » de Marine Le Pen. Quant au fait “que le gouvernement a dissimulé l’ampleur de la crise”, ils sont 67 % à le croire.

>> À lire aussi : Emmanuel Macron plus seul que jamais : « on s’en souviendra » menace t-il

Mais pourquoi tant de méfiance ?

Dans la gestion de la crise du coronavirus, la méfiance des Français envers le gouvernement peut s’expliquer de différentes manières. Tout d’abord, on se souvient des propos particulièrement accablants d’ Agnès Buzyn. En effet, cette dernière semblait avoir pris la mesure de l’épidémie qui s’annonçait et pourtant, n’a pas refusé de se présenter à la mairie de Paris. “Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu.”

On pense également aux informations contradictoires concernant les masques, mais également le manque d’équipements de sécurité pour le personnel hospitalier. Par ailleurs, il semblerait que cette crise de confiance favorise l’émergence de théories du complot qui ne cessent d’envahir la toile. Toutefois, si 49 % des sondés pensent que les membres de l’opposition ont raison de critiquer, ils sont 40 % à estimer le contraire.

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.