Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Politique

La délinquance causée par l’immigration ? Jordan Bardella ne mâche pas ses mots (vidéo)

Publié par Quentin VIALLE le 17 Juin 2022 à 14:59
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce jeudi 16 juin 2022 avait lieu le grand débat organisé sur BFMTV à l’approche du second tour des élections législatives. Au cours de l’émission, Jordan Bardella a mis en avant le lien entre immigration et délinquance. Vous pouvez voir cet extrait dans la vidéo ci-dessous !

Législatives : Jordan Bardella et le lien entre immigration et délinquance

Dimanche prochain, les Français devront une nouvelle fois se rendre aux urnes dans le cadre des élections législatives. Afin de convaincre les électeurs, qui ont d’ailleurs été très nombreux à s’abstenir au premier tour, BFMTV a reçu Gabriel Attal, Clémentine Autain et Jordan Bardella afin de débattre sur divers sujets politiques. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce fût un débat particulièrement mouvementé.

Au cours de l’émission, les trois représentants sont notamment revenus sur les violents incidents du Stade de France lors de la finale de la Ligue des Champions opposant Liverpool au Real Madrid. S’appuyant sur ce fiasco, Jordan Bardella a évoqué le lien entre immigration et délinquance de rue. « Le Stade de France est l’illustre exemple que l’insécurité et l’immigration sont liées », explique le président par intérim du Rassemblement National. « S’il n’y avait pas de supporters britanniques en Seine-Saint-Denis, ce serait un havre de paix, pas de problème, pas de trafic de drogue, pas de violence, ce serait la Californie sans la mer », a-t-il ajouté, non sans ironie.

« Quand on a un bilan pareil… »

En s’appuyant toujours sur les évènements du Stade de France, Jordan Bardella a vivement critiqué Didier Lallement, préfet de police de Paris, mais aussi Gérald Darmanin et Eric Dupont-Moretti. Le bras droit de Marine Le Pen estime tout bonnement qu’ils auraient dû démissionner de leurs fonctions. « Mais quand on a un bilan pareil, quand il y a une agression gratuite toutes les 44 secondes, on rend son tablier ! », a-t-il déploré face à Gabriel Attal et Clémentine Autain.

Source : BFMTV
0