Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Coronavirus : une vague de patients victimes d’AVC inquiète

Publié par Romane TARDY le 02 Avr 2020 à 12:24
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le SAMU est surchargé avec l’épidémie du coronavirus. Cela freine certaines personnes atteintes d’autres symptômes à le contacter. Un médecin lance alors un cri d’alerte pour pousser les personnes avec des symptômes d’AVC à tout de même contacter le service. Ecoutez-le dans la vidéo ci-dessous :

A lire aussi : L’aéroport d’Orly fermé : les images totalement surréalistes

Le SAMU est surchargé à cause de l’épidémie du coronavirus. Alors certains autres patients atteints de pathologies différentes n’osent plus appeler le 15. Le professeur Pierre Amarenco, chef du service neurologie à l’hôpital Bichat-Claude Bernard à Paris, au micro de RTL, explique que le SAMU et les médecins constatent une baisse de « 50 à 70% des appels pour AVC ». En fait, cela cache des malades qui restent chez eux.

Les personnes atteintes d’AVC n’osent plus appeler le SAMU

« C’est une énorme inquiétude, car les gens doivent rester chez eux sans oser appeler le SAMU. C’est une perte de chance considérable pour eux. Après la vague de Covid-19, on risque d’avoir une vague de patients qui ont fait un AVC et qui se présenteront avec des séquelles » , s’inquiète le professeur. Il a donc décidé de lancer un cri d’alerte pour ces patients et de les pousser à contacter tout de même le SAMU tout en tentant de les rassurer. Sinon, après la crise du coronavirus, ce sera une vague d’AVC. « Le 15 vous orientera vers un service qui vous prendra en charge dans une filière Covid-19 négative, sans risque, et au moins votre AVC sera pris en charge » .

Quels symptômes ?

Le professeur en profite pour faire un rappel des symptômes de l’AVC. Il est nécessaire de s’inquiéter en cas de « paralysie, c’est-à-dire une faiblesse d’un hémicorps (bras, jambe, visage) ou bien une perte de la parole ou de la vue, ou bien encore une anesthésie d’un côté du corps, comme lorsque l’on va chez le dentiste, ou encore un trouble de l’équilibre, comme si l’on marchait comme une personne ivre, ou encore un mal de tête brutal et soudain » .

Source : RTL

A lire aussi : Toute la population va t-elle devoir porter un masque à la fin du confinement ?