Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Flambée des cas de Covid : les mesures qui pourraient tomber dans les jours à venir

Publié par Lou Tabarin le 01 Juil 2022 à 12:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

À l’approche des grandes vacances, la hausse des cas de Covid-19 ne présage rien de bon. Alors que le régime de sortie de l’état d’urgence sanitaire devrait prendre fin le 31 juillet, le gouvernement pourrait-il prendre des mesures exceptionnelles pour stopper cette septième vague ?

Covid-19

Les vacances d’été mises à mal à cause du Covid

Malheureusement, le Covid-19 et ses sous-variants ne partent pas en vacances. Les chiffres démontrent une hausse impressionnante des contaminations. Rien que le jeudi 30 juin, Santé publique France a recensé plus de 133.000 cas positifs.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Côté hospitalisation, la situation s’aggrave également. Interrogé par RTL, le professeur Jean-François Delfraissy estime qu’on « s’attend à 1.500 admissions quotidiennes à l’hôpital d’ici une semaine, c’est-à-dire comme au mois de mars, alors que l’offre de soins est plus faible » . Pourtant, il a tenu à rassurer les Français. Selon lui, la septième vague ne va « pas gâcher l’été » .

À l’inverse, l’infectiologue Enrique Casalino affirme que « nos vacances pourraient être gâchées par l’émergence de nouveaux variants » .

De la recommandation, mais pas d’obligation

Le 31 juillet prochain, le régime de sortie de l’état d’urgence sanitaire prendra fin. Cela signifie qu’Élisabeth Borne dispose de moins d’un mois pour prendre des mesures et freiner cette septième vague. Pourtant, elle n’en fait rien.

Le gouvernement semble adopter une tout autre position, en jouant sur la carte de la recommandation. Cela a été observé lors de l’intervention de la ministre de la Santé sur RTL le lundi 27 juin. Brigitte Bourguignon a conseillé aux Français de remettre le masque dans les transports afin de freiner la propagation du virus.

À partir du mois d’août, le gouvernement, qui ne dispose plus de la majorité, devra faire face à la nouvelle Assemblée pour décider de la gestion de la pandémie.

Face à l’urgence, quelles mesures pourraient être prises ?

Si le port du masque semble, pour le moment, loin d’être de nouveau obligatoire, qu’en est-il des autres restrictions sanitaires ? La Première ministre pourrait très bien limiter les déplacements, en n’autorisant que ceux indispensables pour des raisons familiales, de santé ou professionnelles. Élisabeth Borne pourrait également instaurer une jauge pour les lieux publics, et les activités sportives. Pour le moment, aucune de ces mesures n’a été envisagée.

En revanche, on en sait un peu plus sur ce que prévoit le gouvernement. Le média Atlantico a dévoilé un avant-projet de loi dans lequel figure la mention d’un pass aux frontières. Toute personne âgée de plus de douze ans et souhaitant se rendre dans l’hexagone et ses territoires d’outre-mer devrait ainsi présenter « le résultat d’un examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par la covid-19, un justificatif de statut vaccinal […] ou un certificat de rétablissement » .

Enfin, l’article 3 de cet avant-projet de loi envisage la création d’un « comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires«  . Il permettrait ainsi de « rendre périodiquement des avis sur la situation sanitaire et les connaissances scientifiques qui s’y rapportent et […] formuler des recommandations » .

0