Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Cet Italien est menacé par un fabricant pour avoir créé des valves 3D vital pour un hôpital ! (Vidéo)

Publié par Romane TARDY le 19 Mar 2020 à 12:30

Un fabricant d’équipements médicaux a menacé un groupe de volontaires qui ont imprimé des valves respiratoires en 3D pour les malades atteints du coronavirus. L’entreprise veut porter plainte contre cette initiative qui représente pourtant un gain monétaire énorme : 1 euro l’unité au lieu de 10 000. Découvrez cette histoire dans la vidéo ci-dessous :

A lire aussi : L’Iran a relâché 85 000 prisonniers pour éviter la propagation du coronavirus dans les prisons surpeuplées

Cette histoire se déroule à Brescia, dans le nord de l’Italie. L’Italie est le pays européen le plus touché par le coronavirus. De nombreux patients sont en soins intensifs et les hôpitaux, notamment celui de la ville de Brescia, ont donc besoin en urgence de valves respiratoires d’un type particulier, les valves Venturi. Des médecins ont alors grâce au rédacteur en chef du quotidien local et à un expert en technologie, ont lancé un appel pour trouver une imprimante 3D capable de reproduire ces valves.

Une entreprise menace la création de ces valves 3D

L’information a été réceptionnée par Cristian Fracassi, directeur de la start-up pharmaceutique Isinnova. Il pouvait se fournir la machine demandée. Tout ne s’est pas passé comme prévu. Le patron a alors écrit à l’entreprise qui produit cet équipement et elle a tout simplement refusé, d’après Business insider Italia. Ce refus catégorique est lié au prix des valves : 10 00 euros l’unité. En impression 3D, elle ne coûte que 1 euro.  Encore une histoire d’argent ! Suite à cette différence de prix, l’entreprise a menacé de porter plainte s’il insistait. 

Cristian Fracassi a tout simplement ignoré les menaces et a réussi à se débrouiller. Avec les médecins, ils ont produit des valves pour presque rien en quelques heures et il continue ce travail. « Les patients étaient en danger de mort, alors nous avons agi. C’est tout. Nous n’avons aucune intention de profiter de la situation, nous n’allons pas utiliser ces designs ou ces produits au-delà des besoins immédiats qui nous forcent à agir, nous n’avons pas l’intention de diffuser ces modèles » , explique Cristian Fracassi sur Facebook.

Par rapport au matériel original, ces valves sont éphémères et ne peuvent être utilisées qu’une fois. Cristian Fracassi a tout de même été soutenu par la ministre de l’Inovation technologique italienne Paola Pisano sur Twitter.

A lire aussi : Coronavirus : ce médecin nous dit quand la l’épidémie pourrait prendre fin… et c’est loin d’être terminé !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.