Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Cette infection sexuellement transmissible mangeuse de chair se propage à vitesse grand V

Publié par Justine le 25 Oct 2021 à 17:41
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Cette nouvelle IST surnommée « Mangeuse de chair » se propage rapidement dans le monde. Actuellement très présente au Royaume-Uni, cette infection sexuellement transmissible inquiète la population. De quoi s’agit-il exactement ? Nous vous dévoilons tout ce que vous devez savoir dans l’article.

Une IST se multiplie

>>> À lire aussi : Cette maladie explose à cause du Covid… et ça inquiète les spécialistes

Une IST prend de l’ampleur au Royaume-Uni

Actuellement très présente au Royaume-Uni, cette IST « mangeuse de chair » porte en réalité le nom de « donovanose ». Habituellement très rare, elle se développe majoritairement en Inde, au Brésil, en Papouasie, en Nouvelle-Guinée, dans les Caraïbes, en Australie et en Afrique du Sud.

Contrairement à son nom, cette IST ne mange pas la chair, mais provoque des ulcères sur les parties génitales et de douloureux gonflements parfois odorants, qui peuvent saigner. Même si elle peut être traitée grâce à des antibiotiques, la maladie peut donner lieu à des séquelles, comme la difficulté pour uriner, des cicatrices ou pire, des risques de stérilité. Cette IST est plus susceptible de toucher les hommes.

>>> À lire aussi : Charlotte Valandrey, Freddie Mercury : Ces célébrités qui ont eu une MST

Comment éviter facilement la multiplication de cette IST ?

D’après les experts, les cas restent rares au Royaume-Unis, mais sont malheureusement en augmentation (ils sont passés de 19 en 2016 à 30 en 2019, selon les données du Public Health England). La Dr Shree Datta de My Health Care Clinic de Londres a déclaré au Sun : « Ces chiffres suggèrent que la donovanose – que l’on pensait auparavant limitée à des endroits tels que l’Inde, le Brésil et la Nouvelle-Guinée – est de plus en plus courante sur ces côtes ».

Elle donne des indications pour repérer les premiers symptômes : « Les premiers signes sont des bosses autour des organes génitaux ou de l’anus qui augmentent en taille et prennent une apparence rouge ». Bien évidemment, pour prévenir la multiplication de cette IST, il est essentiel d’avoir des rapports protégés, notamment grâce au préservatif.

>>> À lire aussi : « Il existe 56 tailles différentes » : Découvrez 3 choses que vous ne saviez pas sur le préservatif !