Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Les Texanes ne seront plus prises en charge financièrement si elles avortent et devront prendre une « assurance viol »…

Publié par Charlene le 27 Août 2017 à 14:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La House Bill 214 : la loi de la honte

La suite après cette publicité

Si vous ne savez pas encore ce qu’est la House Bill 214, espérons que tous les médias de France et du monde se chargent de répandre la nouvelle. Car elle est à vomir. Cette loi a en effet été votée le 15 août 2017 dernier au Texas par le gouverneur Greg Abbott. La loi en question a d’ailleurs été surnommée, l’assurance viol. On peut voir sur une photo le gouverneur du Texas entouré de Brandon Creighton, sénateur et John Smithee, un membre de la Chambre des représentants. Ils sont manifestement réjouis de leur nouvelle loi… Mais sachez que celle-ci prévoit de ne plus rembourser les femmes en cas d’avortement. Avant, l’assurance maladie prenait encore en charge l’interruption volontaire de grossesse au Texas. Désormais, ce ne sera plus le cas.

assurance viol texas

La HB 13 : pour ficher toutes les avortées

La suite après cette vidéo

Le seul et unique cas dans lequel l’avortement sera pris en charge, est si les texanes souscrivent à une assurance complémentaire. D’où le nom parfaitement bien choisi de cette loi. Que le fœtus soit issu d’un viol, d’un inceste, qu’il soit atteint de n’importe quelle malformation, la loi ne fera pas exception. Rendant ainsi les femmes responsables d’un éventuel viol puisqu’elles devront en assumer la responsabilité financière et humaine. Et dans le cas d’un accident ou d’une maladie du fœtus, eh bien même combat, ce sera tant pis pour leur pomme. Une autre loi, votée le même jour, la HB 13, stipule quant à elle que les médecins devront établir des rapports assez complets des femmes qui se feraient avorter. En leur demandant notamment leur nom, date de naissance, comté de résidence, « race » et statut marital… Fichée à l’avortement. Probablement en vue de préparer une nouvelle loi tout aussi ‘originale’.

La suite après cette publicité

 

Crédit photo / photo à la une : Pixabay

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.