Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Sexualité

« Le sperme me paralyse » : allergique au sexe, cette jeune femme souffre d’une maladie rare

Publié par Justine le 17 Fév 2022 à 21:49

Chloe Lowery est une jeune femme hors du commun, puisqu’elle souffre d’une hypersensibilité au sperme. Une maladie rare qui l’empêche d’avoir des rapports sexuels normaux. Découvrez-en plus sur ce trouble qui s’apparente à une allergie au sexe.

Allergie au sexe

Kennedy News

>>> À lire aussi : Sexo-horoscope : quel programme côté sexe cette année 2022 ?

Elle a développé une allergie au sexe

Âgée de 18 ans, Chloe Lowery a découvert son trouble après avoir pratiqué du sexe oral. L’étudiante s’est retrouvée avec le visage brûlant, rouge et engourdi, comme si elle avait reçu une injection d’anesthésique chez le dentiste. Elle explique : « C’était sur le côté droit de mon visage, c’était tombant et je ne pouvais tout simplement pas exprimer mes émotions, du moins avec ma bouche ».

Après une visite chez le médecin, le verdict tombe : la jeune femme est victime d’une hypersensibilité au sperme et plus particulièrement aux protéines présentes dans le sperme. Il s’agit d’une maladie rare qui lui provoque des brûlures au niveau de l’entrejambe comme « un million d’aiguilles d’acupuncture ». Cette sensation dure pendant une heure après chaque rapport non protégé.

>>> À lire aussi : Des gynécologues utilisent leur propre sperme pour des inséminations

L’étudiante a dû arrêter le sexe oral

Pour éviter les conséquences de sa maladie, la jeune femme a stoppé le sexe oral : « Honnêtement, j’en ai ri, je pensais que c’était plus drôle qu’autre chose. J’avais peur que ce soit permanent, mais j’ai lentement retrouvé mes sensations donc j’allais bien, mais je l’ai évité depuis pour une bonne raison ».

Désormais, elle indique à son partenaire qu’il y a certaines choses qu’elle ne peut pas faire, doit se rendre aux toilettes avant chaque rapport et utilise des préservatifs. Bien souvent, ses relations sont curieuses à propos de sa maladie : « Les gens veulent en savoir plus, mais bien sûr, ils ne veulent pas faire leurs propres recherches, alors ils me demandent tous les détails ».

>>> À lire aussi : TPMP : Un docteur dévoile le temps idéal d’un rapport sexuel (vidéo)

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.