Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Fraises : Ce noir secret sur la récolte de ce fruit va vous faire déchanter

Publié par Lucas le 12 Juin 2021 à 11:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

On en raffole forcément tous. Ne serait-ce que pour les tremper dans un petit bol de sucre ou dans une assiette sur laquelle de la chantilly attend sagement d’être dévorée… Oui, elles, ce sont les fameuses fraises ! Depuis plusieurs semaines maintenant, la saison de ces fruits de printemps a commencé. Pourtant, les fraises cachent certaines vérités que peu de personnes connaissent. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça risque de vous donner envie… de ne plus en manger.

>>> A lire aussi : Tarte aux fraises à la crème de mascarpone : un dessert terriblement gourmand et facile à réaliser !

Quand les fraises cachent de lourdes vérités

Qui dit saison des fraises dit forcément de nombreuses mains à réquisitionner pour les cueillir. Et c’est là que ça pose problème. Sur Instagram, une influenceuse de près de 8000 abonnés n’a pas hésité à expliquer les conditions dans lesquels se déroule la cueillette de ces fruits, et particulièrement dans la région de l’Andalousie, en Espagne.

Selon elle, des milliers de femmes marocaines sont chaque année choisies selon des critères bien précis : âge, bonne santé, originaire d’un milieu rural, ou encore avoir des enfants… de moins de 14 ans. Des critères qui s’expliquent par une raison : être certain qu’elles rentreront dans leur pays à la fin de la saison. Et donc, forcément, qu’elles ne restent pas en Espagne.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Julianne Aknine – Cheffe vegan (@vegranola)

>>> A lire aussi : Euthanasie : L’Espagne est le sixième pays à autoriser la « mort assistée »

Des femmes totalement exploitées

Et si seulement ça s’arrêtait là… Une fois sur place, ces femmes signent des contrats espagnols qu’elles ne comprennent pas, et acceptent donc involontairement d’avoir une paye… en-dessous de la limite légale. Un salaire moindre que ces travailleuses toucheront pour un travail exécrable réalisé. Elles travaillent accroupies sous des chaleurs insoutenables, tout en logeant dans des logements proches de ressembler… à des bidonvilles.

Et si le meilleur est souvent gardé pour la fin, on vous parle cette fois du pire. Puisque ces travailleuses sont isolées et très souvent harcelées voire même violées dans ces lieux de vies proches du chaos. Est-ce que tant d’horreur et d’incivilités valent-elles le prix d’une barquette de fraises ?

>>> A lire aussi : En Espagne, des militaires découvrent des cadavres abandonnés dans des maisons de retraite

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.