Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Covid-19 et transports en commun : cette déclaration du ministre des transports révolte les Français

Publié par Manon CAPELLE le 07 Oct 2020 à 7:02

Interrogé à propos des images montrant les quais de gares et de stations bondés, Jean-Baptiste Djebbari affirme que les transports en commun ne sont pas un « lieu de contamination ». 

Djebbari transports commun lieu contamination

>>> À lire aussi : Johnny Hallyday : un proche fait des confidences sur les derniers moments de sa tournée

Les transports en commun ne sont pas un lieu de contamination particulier

Dans les transports en commun, le port du masque est obligatoire. Le ministre délégué des Transports, Jean-Baptiste Djebbari affirme que ces mesures sont efficaces pour endiguer la propagation du coronavirus.

Ce « protocole sanitaire extrêmement strict » qui a été mis en place dès le déconfinement « est solide », poursuit le ministre. De plus, il souligne que les véhicules sont nettoyés plusieurs fois par jour afin de garantir la sécurité de tous.

« Les transports en commun ne sont pas un lieu de contamination particulier », a rappelé le ministre en ajoutant : « les lieux de contamination les plus importants sont les lieux clos où les gens ne portent pas le masque. »

>>> À lire aussi : Emmanuel Macron reçoit Edouard Philippe à l’Elysée : ce dîner secret qui intrigue…

Un point sur les mesures sanitaires prises à Paris

Toutefois, bien que selon lui, le port du masque est bien respecté, près de 15 000 PV ont été dressés à la RATP et 8 000 à la SNCF. De plus, les images de foule diffusées ne concernent que les dysfonctionnements, selon lui. Aussi, il souligne que la fréquentation des transports ne dépasse pas 60 à 65% comparé au trafic habituel.

Jean-Baptiste Djebbari va également se réunir avec les dirigeants des principaux opérations afin de refaire « un point très précis sur les mesures qui sont prises ». « Je vais leur demander de mettre des personnels supplémentaires sur les points sont on sait qu’ils peuvent être des zones d’engorgement particulières » pour mieux générer les flux de voyageurs, a-t-il poursuivi.

Pour terminer, il est revenu sur les mesures prises dans la région parisienne. Il explique que la fermeture des bars et des salles de sport font partie d' »un effort collectif que nous devons faire quand il y a des moments de circulation particulièrement active du virus (…) pour qu’on puisse retrouver le plus rapidement possible une vie normale. »

>>> À lire aussi : Atroce : Un kiné viole une patiente de 95 ans, pensionnaire dans un Ehpad!