Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Les terroristes bientôt tous exécutés ?

Publié par Charlène Deveaux le 08 Mar 2022 à 9:09
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La personne concernée est Djokhar Tsarnaev, un ancien étudiant d’origine tchétchène. Lui et son frère aîné avaient commis l’attentat meurtrier du marathon de Boston en 2013, qui avait fait trois morts et 264 blessés. Il avait 19 ans au moment des faits.

Publicité

>>> À lire aussi : Peine de mort : Trois condamnés exécutés dans la même journée

Condamné à la peine capitale

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Ce vendredi 4 mars, la Cour suprême des Etats-Unis a exceptionnellement rétabli la peine de mort pour une personne. L’heureux élu ? Djokhar Anzorovich Tsarnaev, un terroriste américain de 28 ans, né au Kirghizistan et d’origine tchétchène. Il a été reconnu coupable d’avoir perpétré l’attentat du marathon de Boston, en posant des bombes à autocuiseur près de la ligne d’arrivée de la course le 15 avril 2013. Un crime commis avec la complicité de son frère aîné, Tamerlan Tsarnaev. Âgé de seulement 19 ans au moment des faits, le criminel a délibérément provoqué la mort de 3 personnes ainsi que blessé 264 individus.

Publicité

En 2015, il avait été condamné à la peine capitale (alors que ses avocats avaient réclamé la réclusion à perpétuité) mais la sentence avait été annulée en 2020 par une cour d’appel qui avait cité deux irrégularités, comme le précise France 24. Finalement, deux ans plus tard, la Cour suprême a fait son choix : « Djokhar Tsarnaev a commis des crimes abominables. Le sixième amendement de la Constitution lui garantit un procès juste devant un jury impartial et il l’a eu » , précise la juridiction dans un arrêt.

Les Etats-Unis et la peine de mort

En 2020, lorsque la sentence avait été annulée, cette décision (qui consistait néanmoins à laisser Djokhar Anzorovich Tsarnaev finir sa vie en prison) avait été vivement critiquée, et notamment par l’ancien Président des Etats-Unis, Donald Trump. En effet, comme l’indique la Dépêche, l’homme était un « fervent partisan de la peine de mort » et qu’il « avait demandé à son gouvernement de saisir la Cour suprême » .

Publicité

Désormais, c’est Joe Biden qui est à la tête du pouvoir. Le chef d’Etat, qui avait au préalable assuré qu’il travaillerait d’arrache pied sur la question de l’abolition de la peine de mort, au niveau fédéral, a pourtant laissé cette affaire suivre son cours, alors qu’il était en capacité de la retirer. Pour rappel, la peine de mot aux Etats-Unis est à nouveau entrée en vigueur en 1977, année où Gary Gilmore fut fusillé en Utah, mettant fin à un moratoire qui avait débuté en 1963. Néanmoins, à ce jour, 23 Etats du pays ont aboli la peine de mort.

>>> À lire aussi : Ce célèbre acteur césarisé a été condamné à 30 mois de prison

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

Abonnez vous à la Newsletter TDN