Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Sport

Une nageuse disqualifiée, son maillot de bain jugé trop court laissait voir ses fesses !

Publié par Eugenie le 12 Sep 2019 à 20:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La suite après cette publicité

 

Une nageuse de 17 ans a été disqualifiée après une course à Anchorage car son maillot de bain ne couvrait pas assez ses fesses. La sanction a finalement été levée ce mardi 10 septembre.

Vendredi 6 septembre, la nageuse Breckynn Willis s’est rendue à Anchorage, en Alaska pour une compétition. Cette lycéenne américaine et ses coéquipières étaient alors toutes vêtues du même maillot de bain. Toutefois, il n’y a qu’une étudiante disqualifiée pour sa tenue. Il s’agit de Breckynn Willis qui avait gagné une course sur les quatre de cette compétition, rapporte RTL. Sa victoire est alors annulée pour « infraction liée à l’uniforme » . L’arbitre aurait affirmé qu’elle pouvait voir « une fesse toucher l’autre »

La suite après cette publicité

>>> À lire aussi. : La Californie vote une loi contre la discrimination raciale fondée sur les cheveux

Une entraîneuse vient à la rescousse de la nageuse

Sur son blog, l’entraîneuse d’une autre équipe a décidé de prendre la parole sur cette décision. Selon elle, cette sanction aurait été subie par Breckynn Willis en raison de ses origines et de sa morphologie.

La suite après cette publicité

« Ces jeunes nageuses ne sont pas sanctionnées parce qu’elles portent leur maillot de manière scandaleuse ou provocante, mais bien à cause de leurs hanches larges, de leur poitrine développée et de leur teint foncé qui les démarquent de leurs coéquipières minces, élancées et majoritairement pâles » , écrit l’entraîneuse Lauren Langford.

Face à cette polémique, les autorités scolaires du district d’Anchorage sont finalement revenues sur leur décision, en affirmant que la sanction était « lourde et inutile » . Par ailleurs, elles ont souligné que l’adolescente avait été victime d’une décision « fondée uniquement sur la façon dont un uniforme scolaire standard s’adaptait à la forme de son corps » . 

>>> À lire aussi : La « femme la plus rapide du monde » meurt à 39 ans en tentant de battre son record

La suite après cette publicité