Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Vidéos

D’ici 14 ans, l’épave du Titanic aura complètement disparu… à cause d’une bactérie ! (vidéo)

Publié par Nicolas F le 22 Mar 2017 à 10:01
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail


Il y a bientôt 105 ans, jour pour jour, le Titanic disparaissait au fond des eaux, au large de Terre-Neuve. Le 14 avril 1912, le paquebot heurtait un iceberg qui perfora la coque et provoqua l’engloutissement du bâtiment, et la mort de 1500 passagers, en quelques heures seulement. On connait la suite, il faut attendre 1997 pour que ce tragique événement devienne très populaire et connu de tous, avec la sortie du film de James Cameron. Mais aujourd’hui, des scientifiques apportent une mauvaise nouvelle. Une bactérie ultrarésistante est en train d’attaquer les restes du bateau.

Une bactérie spéciale ronge l’épave

L’épave a été découverte en 1985 seulement. Et même si personne ne peut la voir en vraie, savoir qu’elle va entièrement disparaitre est encore autre chose. C’est une équipe de chercheurs canadiens qui l’ont expliqué à la BBC. Une bactérie spécialement baptisée Halomonas titanicae, est en train de ronger et d’attaquer l’épave. Cette bactérie n’a été identifiée qu’en 2010, et il semble impossible d’y faire quelque chose.

L’épave du Titanic, avant de se détériorer peu à peu.

En 2030, il n’y aura plus d’épave

Les restes du bateau sont au fond de l’eau, dans l’Océan atlantique. Ils reposent donc à 3,8 km de profondeur. Malgré la pression de l’eau, l’obscurité et la température, la bactérie y survit. Elle s’est déjà attaquée à toutes les surfaces en bois, qui sont quasi inexistantes à l’heure actuelle. Elle s’intéresse maintenant au métal qu’elle a commencé à ronger. La bactérie prolifère au niveau des rusticules, ces espèces de stalactites de rouille qui se forment sous l’eau. La seconde mort du bateau est estimée vers 2030 pour les plus pessimistes.

Les rusticules, ces stalactites de rouille accueillent les bactéries qui s’y nichent par millions (NOAA/IFE/URI)

SOURCE : BCC
0