Drame! Un garçon de 3 ans est retrouvé dans la rue, le bras arraché par une machine à laver

Ce mardi 25 septembre, les pompiers découvre un petit garçon d‘à peine 3 ans hurlant dans la rue avec le bras arraché. L’accident est survenue à la suite de l’ouverture d’une machine à laver qui aurait arraché le membre de l’enfant.

 

L’enfant se fait arracher le bras par une machine à laver

Il est 16 heures se mardi 25 septembre quand les pompiers interviennent à Guyancourt dans les Yvelines. Sur place, ils découvrent avec effroi, qu’un petit garçon de 3 ans hurle dans la rue avec le bras arraché.

 

Selon une source policière, l’incident serait survenu alors que la maman était partie faire des courses. En sortant, elle laisse ses trois enfants âgés de respectivement 1 an, 3 ans et 8 huit ans chez elle. Elle demande néanmoins à la grande sœur de surveiller les 2 autres durant son absence.

 

Le cadet aurait profité de ce moment inattention pour « ouvrir la porte de la machine et son bras s’est coincé entre le tambour et la paroi ». C’est un défaut sur la machine qui aurait permis au garçon d’ouvrir la porte alors que celle-ci était en plein cycle. Une expertise à d’ailleurs aussitôt été demandée sur la machine à laver pour comprendre les raisons de ce dysfonctionnement.

 

garçon-bras-arraché-machine-a-laver-enfant

Les jours du petit garçon au bras arraché par la machine à laver ne sont pas en danger

 

Ses jours ne sont pas en danger

Sous la violence du choc, le petit garçon s‘est mis à courir dans la rue en hurlant, le bras sectionné à hauteur de l’épaule. C’est un voisin qui a appelé les secours en voyant l’enfant et sa sœur crier à l’aide. Immédiatement transféré à l‘hôpital Necker à Paris, les jours du petit ne sont fort heureusement pas en danger. En revanche, les enquêteurs ont confirmé que « le bras ne pourra pas être greffé »

 

Quant à la mère, celle-ci s’est faite hospitaliser sous la violence du choc psychologique. En outre, aux yeux de la justice, elle risque d‘être soupçonnée pour « délaissement de mineur ». Rappelons tout de même que l’article 227-1 du Code pénal punit l’auteur de délaissement de sept ans d’emprisonnement et 100 000€ d’amende. Quant à l’article 227-2 du Code pénal, il prévoit des peines criminelles lorsque le délaissement a eu pour conséquence une mutilation ou une infirmité permanente (vingt ans de réclusion criminelle).

En savoir plus sur : - - - - - - -

Publié par Claire le 01 Oct 2018
0