Pour ne pas qu’il se sauve, ce pauvre chien avait un mousqueton dans la patte


Les maîtres de ce chien le faisaient beaucoup souffrir depuis sa naissance.

 

À Angoulême, des personnes ont retrouvé un chien errant dans la forêt de la Braconne. Les premiers jours, personne ne pouvait s’approcher du chien, tant il paraissait sauvage. Mais au bout de quelques jours, les sauveurs du toutou sont parvenus à le récupérer. Sur Facebook, il est écrit : « un salarié d’une entreprise de la zone a réussi à l’attirer avec de la nourriture. Il l’a attrapé et l’a emmené au refuge. » Mais l’homme et le vétérinaire vont avoir une très mauvaise surprise en examinant le pauvre animal.

 

Le chien portait… un mousqueton autour de la patte !

Ainsi, ils se sont très vite aperçus que le chien ne pouvait pas marcher correctement, comme si il souffrait. En réalité, le pauvre animal portait…un mousqueton dans la patte ! Sur Facebook, il est écrit : « nous avons constaté qu’un mousqueton lui entravait la patte, qu’il souffrait tellement qu’il ne pouvait plus la poser ! » Comme on peut le voir dans la vidéo en haut de l’article, les pompiers ont eu un mal fou à retirer le mousqueton de la patte de l’animal. D’après le vétérinaire, le mousqueton se trouvait dans la patte du chien depuis ses plus jeunes années.

 

Les maîtres sont recherchés

Pour l’instant, les maîtres du chien, qui se fait désormais appeler Woodstock, n’ont pas été identifiés. Mais le refuge et plusieurs bénévoles sont à leur recherche. La page Facebook du refuge a donné quelques précisions : « je voudrais que le coupable de cette monstruosité prenne conscience de son acte abject…mais je doute qu’il sache lire », ont-ils conclu. Pour l’instant le petit Woodstock attend tranquillement sa nouvelle famille au refuge de l’Angoumois, comme nous l’apprend la vidéo en haut de l’article. Il souffre beaucoup moins de la patte, même si il gardera sûrement plusieurs séquelles..

les maîtres de ce chien étaient des barbares : regardez ce qu'ils faisaient subir à leur toutou

Publié par Charlotte Z. le 16 Mai 2018