Nouvelle année : sept jours écoulés pour quatre féminicides présumés

Nouvelle année, nouveaux objectifs et nouveaux féminicides. Parce que les femmes battues et tuées par leur mari n’ont pas le droit de croire aux bonnes résolutions de leur conjoint, et parce qu’arrêter de battre une femme ne fait pas partie des objectifs de l’année 2020, 4 féminicides ont été recensés depuis le 1er janvier 2020.

>> À lire aussi : Féminicide : une femme retrouvée égorgée à son domicile et son conjoint pendu dans les bois

4 féminicides en 6 jours, quand 2020 a un goût amer !

Quatre. Ce n’est pas l’âge de votre petite sœur ou de votre nièce, et c’est encore moins le nombre de semaines avant les premières vacances de l’année 2020. Quatre, c’est en réalité le nombre inquiétant de féminicides présumés depuis le 1er janvier 2020. « Nous avons publié trois annonces de féminicides aujourd’hui. Trois. En une journée » écrit le collectif NousToutes sur son compte instagram, qui se bat contre les violences faites aux femmes. Et avant même de pouvoir avoir un premier like, une quatrième victime est venue s’ajouter à ce qui s’annonce être une plus longue liste que l’année 2019.

« Emmanuel Macron, Edouard Philippe, il est temps de sortir de votre silence et d’agir. Les solutions existent pour faire cesser ces crimes. Mettez-les en place » annonce alors le collectif, inquiet de ce chiffre déjà trop élevé. Au septième jour de l’année 2020, c’est un féminicide environ tous les deux jours qui est recensé en France. Alors, on arrose ça ? Ou on agit enfin ? Voilà ce que semble poser comme questions les collectifs et les internautes sur les différents réseaux sociaux.

>> À lire aussi : Une actrice arrêtée pour le meurtre de sa mère

Quatre femmes devenue cadavre, par amour ?

Peut-on appeler cela un crime passionnel ? Peut-on appeler un acte de violence et de meurtre envers une femme – « seulement » car c’est une femme qui devrait, semble-t-il, être dévouée à son mari – De l’amour ? C’est finalement l’idée que les hommes donnent aux femmes : Aime-moi, soumets-toi, ou redeviens poussière. Est-ce réellement cela que la nouvelle décennie doit inculquer ? Pour les différents collectifs, s’en est trop. Quatre femmes âgées entre 28 et 84 ans sont mortes des coups de leur mari. Dépression, alcoolémie ou tout simplement par excès de colère, ces hommes ont interdit à leur femme de vivre, pour des raisons qui leur sont propres. Laetitia, 31 ans, a ouvert le bal le mercredi 1er janvier. Alors qu’elle quitte le restaurant aux côtés de son ex-conjoint violent, cette dernière ne donnera plus signe de vie. Le téléphone de la victime a été retrouvé dans la voiture de son ex-compagnon et suspect, et ce dernier a été écroué pour homicide volontaire sur concubin, comme le rapporte Marie Claire.

Alors que 149 femmes ont été tuées en 2019 selon le décompte du groupe Facebook « Féminicides par compagnons ou ex » , l’AFP en décompte 123. En France, une femme est tuée tous les trois jours par son conjoint ou ex. Des chiffres alarmants, qui annoncent une année macabre si le gouvernement ne réagit pas, semble faire comprendre le collectif.

>> À lire aussi : Féminisme, couleur de peau ou homosexualité : si l’année 2020 se plaçait sous le signe de l’ouverture d’esprit ?

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Jessy le 07 Jan 2020
0