« Très beau cul » , « Vous m’agressez de votre beauté » : Grimé en femme, un homme est victime de harcèlement de rue ! ( VIDÉO )

Quelle femme victime de harcèlement de rue n’a jamais rêvé qu’un jour, les hommes se mettent à sa place, pour seulement quelques heures. Eh bien, c’est chose faite pour l’association Ni Putes, Ni soumises, qui a retourné la toile en publiant une vidéo choc d’un homme grimé en femme pendant 24 heures. Être une femme, ce n’est décidément pas de tout repos. Découvrez la vidéo ci-dessous

>> À lire aussi : Male tears, manspreading ou manterrupting : que veulent dire ces termes féministes ?

Un homme se déguise en femme pendant 24 heures et devient la cible des hommes

« Les femmes sont vulnérables » . À ces mots, la plupart des hommes répondront simplement qu’elles peuvent se défendre, et qu’elles le cherchent parfois. Mais lorsqu’il s’agit de se mettre à la place d’une femme victime de harcèlement de rue sous prétexte qu’elle est « trop belle » ou qu’elle a « un beau cul » , la plupart des hommes répondent absents. Ce week-end, la toile s’est enflammée en visionnant la vidéo d’un acteur qui, en collaboration avec l’association Ni Putes, Ni Soumises, s’est grimé en femme pendant 24 heures. « C’est assez troublant de se voir comme ça » confie Antoine, le Parisien de 23 ans déguisé en femme. Une expérience inédite pour le jeune homme qui a vite déchanté lorsqu’il s’est retrouvé à la rue, face au regard des hommes. « Je me suis senti extrêmement vulnérable […] Tu ne sais ce qu’ils attendent de toi » avoue Antoine, effaré face aux remarques qu’il a subi.

>> À lire aussi : Un homme pousse violemment une femme dans le métro, une scène choquante (vidéo)

« T’as un beau cul » , « Vous m’agressez de votre beauté » : des remarques que les femmes vivent tous les jours

Suivi en caméra cachée dans les rues de Paris, le jeune homme est victime de harcèlement de rue. Entre sifflements, râles incessants et techniques de drague hyper lourdes (et qui, on ne va pas se mentir, ne marchent jamais), l’homme avoue s’être senti mal à l’aise et vulnérable. « J’ai eu peur qu’on me regarde comme un morceau de viande […] J’ai eu peur qu’on ait des comportements irrespectueux et pas justes, face à moi » explique Antoine, visiblement effaré par le comportement des hommes. Mais l’expérience ne s’arrête pas là, et l’homme se retrouve face à des « prédateurs » : « La frange-là, on dirait un film porno » , « Ah, je suis excité là » … Des mots qui résonnent encore dans la tête d’Antoine, qui ne se rendait pas compte, jusque-là, de l’impact des mots et des regards sur la Femme.

Une vidéo qui a vu le jour grâce à l’Agence Marianne et Publicis Conseil, et qui démontre parfaitement que les femmes sont encore, en 2019, perçues comme des objets. Et quelle est la seule réponse au harcèlement de rue ? Baisser les yeux et éviter d’attirer les regards, « parce que c’est la meilleure réponse possible » , relate Antoine. Des femmes qui se font discrètes dans un espace public qui, pourtant, leur appartient.

>> À lire aussi : Lutte contre les violences faites aux femmes : 150 personnalités se mobilisent dans une tribune poignante !

En savoir plus sur : - - -

Publié par Jessy le 28 Oct 2019
0