Maltraitance animale : L214 dévoile des images du “pire élevage” jamais vu depuis le début de ses enquêtes (vidéo)

Dans une nouvelle vidéo choc, l’association L214 dénonce les conditions “répugnantes” dans lesquelles sont traités ces canards mâles des Pyrénées-Atlantiques .Elle dépose plainte “pour cruauté ou sévices graves envers des animaux. Le ministre de l’agriculture a demandé au préfet d’adresser une mise en demeure à l’établissement. Découvrez la vidéo choc et l‘article ci-dessous :

L214 dénonce le “pire élevage”

Insalubrité, cadavres… Des images répugnantes. À Lichos, dans les Pyrénées-Atlantiques, un élevage de canards reproducteurs a foie gras vient d’être dénoncé par l’association L214. Défenseur de la cause animale, L214, publie dans une nouvelle vidéo-enquête des images “répugnantes” et “révoltantes” dans lesquelles sont entassés des centaines de canards. Sur la vidéo on peut apercevoir des cages cassées et le sol recouvert d’une “couche de 15 centimètres d’excréments”.

De plus, le bâtiment est sans fenêtre, les murs sont délabrés, des animaux morts, on observe la présence de rats, d’asticots et “d’autres insectes en grand nombre”. Le porte-parole et fondateur de L214, Sébastien Arsac, est indigné par cet élevage : “En 15 ans d’enquête de terrain, jamais je n’avais vu une situation pareille !”. Pour l’association il s’agit biendu pire élevage que nous ayons eu l’occasion de voir depuis le début”.

Brigitte Gothière, également porte-parole et fondatrice de l’association ajoute : “C’est répugnant et révoltant !”. L214 a décidé de porter plainte “pour cruauté ou sévices graves envers des animaux” et assure que “les autorités vont être obligées d’agir”. Actuellement, une pétition en ligne est disponible pour demander la fermeture de cet élevage, auprès du ministre de l’agriculture, Julien Denormandie. La cofondatrice de l’association ajoute également que : “pour faire bouger les choses, il faut montrer qu’on est très déterminés”.

À lire aussi : Assommé par un chat qui vient de tomber d’un balcon, cet homme a vécu l’enfer…

“Les risques sanitaires” et environnementaux 

Pour Brigitte Gothière : “c’est très révélateur de la filière foie gras, alors qu’on nous parle toujours de tradition et de terroir”. L214 explique alors “qu’en France, l’écrasante majorité du foie gras est produite de façon industrialisée avec des souches de canards optimisées après des années de recherches dans des laboratoires de zootechnie”. 

Cependant, l’aspect animal n’est pas le seul problème dans cet élevage. En effet, L214, déplore les risques environnementaux autour de cet élevage. Effectivement, l’association explique que “les flots d’excréments qui s’écoulent hors de l’élevage” finissent “à proximité du Saison, cours d’eau classé Natura 2000″. Il s’agit d’une catégorie recensant des sites naturels ou semi-naturels à grande valeur patrimoniale. L214 interpelle enfin “sur les risques sanitaires représentés par un élevage où les cadavres et les déjections ne sont pas gérés.

À lire aussi : Choc : Kim Jong-Un ordonne aux Nord-coréens quelque chose de totalement horrible !

“Une mise en demeure”

Suite à cette vidéo-enquête, l’avocate de L214 a été déposé plainte mercredi, au tribunal de Pau pour “cruauté envers les animaux”, “abandon” et “atteinte à l’environnement”. De plus, l’association a alerté l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP).

Par conséquent, le ministre de l’agriculture, qui avait appris l’existence de cette vidéo, a indiqué dans la nuit de mercredi à jeudi, qu’il a demandé au préfet, une “mise en demeure” de l’élevage en question. Cela pouvant aller “jusqu’à une suspension d’activité”. Par la suite, le ministère a expliqué dans un communiqué que ce cas “isolé” ne “saurait être généralisé”.

À lire aussi : La vidéo de cet homme qui sauve un requin fait des millions de vues !

Une inspection généralisée dans la filière foie gras

Suite à cette répugnante découverte, L214 se questionne sur les inspections dans la filière foie gras.  Il demande à Julien Denormandie “de diligenter un audit de l’ensemble des élevages de canards reproducteurs et couvoirs de la filière foie gras”. Puis de publier les rapports complets d’inspection, comme l’avait fait Stéphane le Foll en 2016 concernant les abattoirs d’animaux de boucherie”.

Cité dans le communiqué du ministère, le ministre répond : “Nous multiplions les contrôles pour protéger les animaux et prendre des mesures strictes afin que ces dérives inacceptables, mais isolées et individuelles, ne jettent pas le discrédit sur toute une profession à laquelle j’assure mon soutien et ma confiance”. En effet, le communiqué rappelle qu’en 2019, les services de contrôle du ministère ont mené 13 700 contrôles au titre de la protection animale. Néanmoins, en 12 ans de travaux d’enquête, L214, qui regroupe 40 000 membres, a déjà diffusé une centaine de vidéos de ce genre. Et certaines d’entre elles, ont permis de fermer soit provisoirement, soit définitivement, les lieux mis en cause.

À lire aussi : Quand ils ont vu ce qui sortait de l’eau, tous les gens sur la plage ont paniqué ! (Vidéo)

Publié par Lucie le 20 Aug 2020
0