Affaire Adama Traoré : l’avocat de la famille voit un « aveu de culpabilité » dans la nouvelle version des faits apportée par les gendarmes !

L’affaire Adama Traoré est pleine de rebondissements. Adama Troaré est mort en juillet 2016 suite à une interpellation violente de la gendarmerie ! Trois gendarmes sont en cause dans l’affaire, ils auraient appuyé leurs corps sur le jeune en position ventrale. Ce jeudi 11 juin 2020, l’avocat de la famille Traoré est revenu sur la « nouvelle version » livrée par les avocats des accusés ! Retour sur les propos de Maître Yassine Bouzrou. 

À lire aussi : 15 histoires vraies et terrifiantes qui vont vous faire froid dans le dos !

Une lettre perçue comme un « aveu de culpabilité »

L’enquête en cours possède encore quelques zones d’ombres. En effet, l’avocat de l’un des gendarmes accusés de « violences volontaires » sur Adama Traoré affirme que son client ainsi que ses deux collègues auraient été « injustement accusés » ! Afin d’appuyer sa défense, l’avocat en question a publié une lettre, avec sa consoeur Sandra Chirac-Kollarik, dans laquelle ils donneraient une « nouvelle version » de cette interpellation litigieuse ! 

Dans ce document, les avocats de la défense dénoncent des « amalgames » et affirment qu’à « aucun moment, les trois gendarmes n’ont fait peser le poids de leurs corps » sur Adama Traoré. Or, pour l’avocat de la famille de la victime, cette simple phrase est un « aveu de culpabilité » . 

Il s’explique au micro de France Inter : « dans une première version des faits, les gendarmes indiquent qu’ils sont à trois sur le corps d’Adama Traoré » puis « dans une deuxième version, lorsqu’ils sont entendus par les juges d’instruction, ils indiquent qu’il n’y a qu’un seul gendarme qui met ses deux genoux sur le dos d’Adama Traoré et que les deux autres se contentent » de lui tenir « les jambes et les bras » pour enfin indiquer, dans cette troisième version des faits, « qu‘ils l’ont seulement menotté, ce qui est totalement inadmissible, ces gendarmes sont des menteurs parce qu’ils donnent trois versions différentes » ! 

Pour l’avocat de la famille, cet « aveu de culpabilité » sera pris en compte par la justice

Cette troisième version des faits nierait totalement l’utilisation de la technique du plaquage ventral : « nous apprenons aujourd’hui avec stupéfaction que selon ces avocats ‘il n’y a pas eu de plaquage ventral‘, cela signifie qu’il n’y aurait donc eu aucune pression sur le corps d’Adama Traore qui était allongé sur le ventre. » tonne Yassine Bouzrou sur France Info.

Pour lui, « les gendarmes ont maladroitement tenté de s’adapter à l’évolution des rapports médicaux transmis par les parties civiles, lesquels ont été réalisés par des professeurs de médecine spécialistes et réputés » ! 

Pour l’avocat de la famille, cette lettre va changer la donne dans l’affaire. En effet, « lorsqu’un suspect se rétracte et livre une nouvelle version, il est peu fréquent que la justice n’en tire pas des conséquences négatives » . Pour lui, « les gendarmes, par la voix de leurs conseils qui sont leurs porte-parole, affirment sans ambiguïté que leurs clients se rétractent et offrent une version inédite » . 

En effet, « les juges d’instruction ne pourront donc que constater, s’ils souhaitent respecter la loi, que cette énième version des faits est en totale contradiction avec les déclarations initiales faisant notamment état du fait qu’Adama Traoré ‘a pris le poids de nos trois corps pendant l’interpellation »affirme maître Bouzrou.

Cette lettre revient donc totalement remettre en question la défense des gendarmes interpellés ! Pour le conseiller de la famille, c’est un véritable « aveu de culpabilité » qui sera probablement pris en compte par le juge d’instruction, en charge de l’affaire !

Source : France Info. 

À lire aussi : Arnaque « à la clé USB », ne branchez pas cette clé USB à votre ordinateur

En savoir plus sur : - - -

Publié par Salomee le 11 Juin 2020
0