Arrêtée par la police, elle prétend être Beyoncé

Cette femme a trouvé l’excuse la moins crédible que l’on puisse imaginer… Arrêtée par la police, alors qu’elle conduisait une voiture volée, Surena Henry, a pensé qu’elle allait pouvoir s’en sortir en faisant croire qu’elle était une célébrité. Sans se décontenancer, elle a affirmé qu’elle était Beyoncé. Autant le dire tout de suite, les agents de police n’ont même pas hésité une seule seconde et son mensonge n’a fait qu’empirer son cas.

> À lire aussi : Une voiture volée fonce à toute allure sur l’autoroute avec son propriétaire qui s’agrippe au capot

Son excuse absurde après avoir été arrêtée dans une voiture volée

Samedi dernier, Surena Henry a été arrêtée à Las Cruces, dans l’État américain du Nouveau-Mexique. Le système de reconnaissance des plaques de voiture avait signalé la sienne comme volée. Poursuivie par la police, elle a accepté de se garer sur le côté, comme lui sommaient de le faire les policiers. Lorsque les policiers l’ont interrogée, elle a prétendu être la chanteuse Beyoncé.

> À lire aussi : Censée être décédée dans un incendie, une adolescente est retrouvée vivante et accusée de meurtre !

Ses empreintes ont permis de découvrir qui était « Beyoncé »

Pour la voiture volée, elle a expliqué qu’elle avait trouvé la voiture devant chez elle et qu’il y avait les clés à l’intérieur. Alors, elle a décidé de faire un tour juste pour s’amuser. Concernant le feu rouge qu’elle a également grillé, elle a expliqué qu’elle ne s’était pas arrêtée parce qu’elle n’en avait pas envie. Emmenée au poste de police, la vraie identité de « Beyoncé » a été trouvée, grâce à ses empreintes digitales. Elle était déjà fichée pour un avertissement précédent. Au vu de la photo prise au commissariat, on ne peut pas dire qu’elle ait grand-chose en commun avec la chanteuse. Elle est actuellement détenue dans un centre pénitentiaire, en attente de son procès pour « conduite d’un véhicule volé », « dissimulation d’identité », une « infraction routière » et également pour « refus d’obtempérer » et « résistance lors d’une arrestation ».

> À lire aussi : Ils cherchaient l’identité d’un corps démembré et décapité : 40 ans après, ils ont trouvé qui il était et pensaient rêver !

Crédits : Doña Ana County Detention Center

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Nicolas F le 15 Mar 2020
0