Le syndrome de Münchhausen, c’est quoi ?

Il existe des syndromes dont nous entendons parler sans jamais vraiment les comprendre. C’est pourquoi nous avons décidé de vous parler de l’un d’entre eux : le syndrome de Münchhausen.

 

Le syndrome de Münchhausen (auto-induit)

C’est un syndrome rare mais qui peut faire des dégâts. Il s’agit d’une personne qui, volontairement et consciemment, simule des maladies dans le but d’être hospitalisée. C’est, pour elle, un véritable besoin que celui d’endosser le rôle du malade et de recevoir les soins et l’attention des professionnels de la santé.

 

Et ce syndrome n’a rien à voir avec l’hypocondrie. La personne qui en est atteinte se met elle-même en danger pour provoquer les symptômes.

 

Elle arrive alors à obtenir des saignements, en ingérant des anticoagulants ou de la phénolphtaléine par exemple. Elle peut prétendre à des convulsions, faussement décrites. Elle est capable de s’intoxiquer. Capable également de provoquer des diarrhées en se contraignant à prendre des laxatifs …

 

En somme, ce syndrome (qui n’est pas une maladie mais un trouble psychologique) est très difficile à diagnostiquer. Tout simplement parce que le médecin ne doit en aucun cas mettre en doute la bonne foi de son patient. Presque impossible à chiffrer, donc. D’autant plus que le patient évite d’avoir recours aux mêmes médecins. Cependant, on estime qu’un pourcent de la population aurait consulté, en 2000, un médecin alors qu’il simulait ses symptômes.

 

Le syndrome de Münchhausen par procuration

Là, c’est une toute autre affaire. Le syndrome reste exactement le même, sauf qu’il s’applique à une autre personne, un tiers. Généralement, des mères envers de jeunes enfants, comme nous vous en parlions dans cet article.

 

Ces dernières empoisonnent donc volontairement leur enfant afin de provoquer chez lui des symptômes graves. Il s’agit bien d’une maltraitance où la victime est l’enfant et le coupable est le parent (ou un proche).

 

Dans cette forme du syndrome, le coupable est alors capable de faire ingérer, à l’insu de l’enfant, les mêmes substances que celles citées plus haut.

 

L’adulte se présente alors avec l’enfant à l’hôpital, expliquant les symptômes de ce dernier. Les personnes atteintes sont inconscientes des risques, potentiellement mortels, qu’ils infligent à leur victime. Leur but reste, là aussi, de recevoir le soutien d’une équipe médicale et de prétendre être une personne qui est aux petits soins pour le malade.

 

Le syndrome de Münchhausen : causes et traitements

Les personnes atteintes par ce syndrome présentent des caractéristiques communes. Généralement, il s’agit de personnes qui ont été abusées pendant leur enfance, souvent négligées par leurs parents. Les personnes peuvent également avoir eu un passé médical chargé voire une maladie très grave dont elles sont sorties indemnes.

 

Mais, comme nous vous l’avons expliqué, il est presque impossible pour un médecin de poser un diagnostique. Les personnes atteintes changent régulièrement de lieu de consultation voire, utilisent un nom d’emprunt pour ne pas être reconnues.

 

Mais il arrive, bien que ce soit rare, qu’un diagnostique puisse être posé. Il faut alors que la personne atteinte de ce syndrome comprenne qu’elle est malade et accepte un suivi médicalisé et un traitement. On lui propose alors de suivre très régulièrement un même médecin et, après avoir établit un climat de confiance, une thérapie pour comprendre d’où vient le trouble et, ainsi, de pouvoir s’en sortir.

En savoir plus sur : - -

Publié par Mélaine le 08 Déc 2018
 
0