« Noire n’est pas mon métier » : seize actrices dénoncent le racisme ajouté au sexisme dans le cinéma français

INSCRIVEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER
Invalid email address

Seize comédiennes noires et métisses ont réuni dans un livre, les clichés et les plaisanteries douteuses, souvent même racistes dont elles ont été victimes en tant que femme noire dans le cinéma français.

 

 

Aïssa Maïga, Sonia Rolland, Nadège Beausson-Diagne, Shirley Souagnon, Eye Haïdara, Assa Sylla, Mata Gabin, Maïmouna Gueye, Rachel Khan, Sara Martins, Marie-Philomène NGA, Sabine Pakora, Firmine Richard, Magaajyia Silberfeld, Karidja Touré et France Zobda sont les seize actrices qui ont décidé d’épingler dans ce manifeste des histoires paraissant anecdotiques au caractère déplacé qui leurs sont arrivés, dans le but de dénoncer un racisme/sexisme encore trop présent dans le cinéma français. Elles ont pris le parti de l’humour mais leurs dénonciations, elles, sont extrêmement sérieuses. « On ne balance aucun nom. On est là pour dénoncer un système qui perdure depuis trop longtemps », explique Aïssa Maïga (Les Poupées Russes, Il a déjà tes yeux…) sur France Inter.

 

Nadège Beausson-Diagne, elle, a été victime de nombreux piques : « Heureusement que vous avez les traits fins », « vous parlez africain ? », « trop noire pour jouer une métisse », ou encore « pas assez africaine pour une Africaine ».

 

Aussi peu d’actrices noires dans un pays aussi métissé que la France

Aïssa Maïga explique à l’AFP que leur «présence dans les films français est encore trop souvent due à la nécessité incontournable ou anecdotique d’avoir un personnage noir ». Elle, ainsi que les quinze autres actrices rédactrices de ce manifeste se demandent encore comment expliquer qu’aussi peu d’actrices noires peuvent passer à l’écran dans un pays aussi métissé que la France.

 

Sonia Rolland, ancienne miss France devenue actrice et réalisatrice, s’étonne de voir très peu de femme noire mise à l’honneur dans un film : « Aujourd’hui, on ne peut pas monter un financement de film sur une actrice noire. Un noir, oui : Omar Sy, et c’est le seul », sur France Inter.

 

Sexisme dans le cinéma, oui mais pas seulement

Les seize actrices ont été inspirés par les mouvements #metoo qui ont vocation à encourager les femmes à parler des discriminations et agressions qu’elles subissent, à commencer par le monde du cinéma. Aujourd’hui comme depuis longtemps le racisme persiste même derrière nos écrans et est pourtant très vite oublié dans ce milieu où l’apparence joue un très gros rôle.

 

Elles se rassembleront au festival de Cannes pour médiatiser leur combat et estiment qu’il est important d’interpeller le public français et les médias étrangers « car la France est un pays regardé », selon Aïssa Maïga.

Publié par Inès Arrom le 07 Mai 2018