Résultats faussés, brûlures… les effets néfastes des tatouages après une IRM ou un scanner

Après avoir passé une IRM ou un scanner, plusieurs patients ont été victimes d’incidents liés à leurs tatouages. Certains ont été brûlés et d’autres ont obtenu des résultats faussés.

Selon la Société française de radiologie, « plusieurs incidents ont été rapportés au cours desquels des patients tatoués ayant passé une IRM ont souffert de brûlures au premier, second ou troisième degré » , rapporte Sud-Ouest.

Dans une interview consacrée au quotidien, la scientifique Martina Callaghan est revenue sur le risque d’effet indésirable lié au tatouage. « Les champs magnétiques puissants utilisés en IRM pourraient interagir avec les pigments ferreux et donc magnétiques des encres de tatouage et provoquer une sensation de tiraillement sur la peau tatouée » , explique-t-elle. 

« Les tatouages pourraient absorber une grande partie de l’énergie des champs magnétiques à haute fréquence qui sont également utilisés pour générer les images et par conséquent chauffer. Dans le pire des cas, cela peut entraîner des brûlures » , ajoute-t-elle.

C’est pourquoi l’Assurance-maladie conseille aux tatoueurs de préciser leurs tatouages lors de la prise de rendez-vous. Pour éviter les brûlures, les médecins peuvent alors comprimer la peau sous des bandes ou un sac de glace.

Toutefois, selon une étude dont Martina Callaghan a contribué, le risque d’effet indésirable est faible (0,17 %) dans les conditions de cette étude. Pour obtenir ce chiffre, les chercheurs ont suivi, entre 2011 et 2017, 330 personnes âgées de 18 à 66 ans avec un total de 932 tatouages (dont 717 uniquement noirs), et 585 séances IRM.

>>> À lire aussi : Voilà à quoi vous vous exposez en risquant un tatouage au henné…

Des résultats faussés lors d’un examen par TEP Scan

Dans un numéro du magazine 60 millions de consommateurs, il est souligné que certains résultats peuvent être faussés lors d’un examen par TEP Scan (Tomographie par Émission de Positons). En effet, cet examen dont le but est de détecter une tumeur cancéreuse ou des métastases, peut « se laisser leurrer par un tatouage » en raison de l’encre qui migrerait dans les ganglions lymphatiques. Par conséquent, la machine pourrait rencontrer des difficultés à distinguer un « ganglion tatoué » d’une métastase ganglionnaire.

Dans son article, Sud-Ouest a rapporté l’histoire bouleversante d’une femme de 32 ans atteinte d’un cancer du col de l’utérus en 2015. Lors d’un examen par TEP Scan, les médecins auraient trouvé deux zones « dans la région iliaque laissant présager que la tumeur s’était propagée » . Après avoir subi une opération où 40 ganglions lymphatiques ont été retrouvés, cette patiente a appris que les ganglions avaient en réalité été envahis par l’encre des tatouages qu’elle portait aux jambes, et non par des métastases….

>>> À lire aussi : Les tatouages font-ils transpirer davantage ? Les scientifiques répondent !

En savoir plus sur : - - -

Publié par Eugenie le 05 Oct 2019
0