« Effet Mona Lisa » : la Joconde nous suit-elle vraiment des yeux ? Rien n’est moins sûr…

Publié par Mélaine le 11 Fév 2019

Si vous n’en connaissez pas le nom, vous en avez sans doute déjà fait l’expérience. Celle d’un personnage dont le regard semble vous suivre quand vous vous déplacez autour de son image. C’est ce qu’on appelle « l’effet Mona Lisa« . En hommage, bien sûr, à La Joconde, de Leonard de Vinci. Sauf que cet effet semble mal porter son nom …

 

Effet Mona Lisa : un coup dur pour la Joconde

L’effet Mona Lisa est simple : que vous vous déplaciez à droite ou à gauche, bref : peu importe où vous alliez, vous avez l’étrange sensation que le sujet d’un tableau ou d’une photographie vous suit du regard.

 

Et bien des chercheurs ont travaillé sur le sujet. Et il s’avère que cela ne tient pas tant à la représentation en elle-même du regard, mais plutôt à notre façon de penser et d’interpréter. Voire de surinterpréter.

 

La psychologie perceptuelle des années 1960 est indéniable sur le sujet : nous sommes particulièrement doués, nous, Humains, pour ressentir si quelqu’un est en train de nous regarder. D’ailleurs, nous avons tous connus cette sensation étrange de nous sentir observés. Et dans le cas d’une oeuvre d’art, le regard est d’autant plus perçant que le sujet regarde directement devant lui. Autrement dit, de face. Avec, attention : c’est précis, un regard qui aurait un angle de 0°. Sensation qu’on retrouve avec La Joconde, de Léonard de Vinci.

 

Sauf que voilà. Nous nous sommes sans doute un peu trop empressés pour concéder à Mona Lisa cette définition. Preuve en est l’expérience suivante.

 

La Joconde mise à l’épreuve

Sébastian Loth, co-auteur d’une étude portant sur La Joconde et l’effet dit de Mona Lisa a publié une étude dans la revue i-Perception. Le chercheur et son collègue, Gernot Horstmann, ont tenté de comprendre le mécanisme de cette sensation étrange qu’est celle d’être observé.

 

Pour cela, ils ont réuni 24 sujets à qui ils ont demandé de déterminer l’orientation des yeux de Mona Lisa. Celle-ci était reproduite sur un ordinateur : une règle graduée permettait aux participants d’indiquer avec exactitude l’angle du regard. Et après plus de 2 000 tests, les résultats sont formels ! La Joconde ne regarde pas devant elle mais légèrement sur la droite du spectateur.

 

« Plus précisément, l’angle de son regard est de 15.4 degrés. Il est donc évident que l’appellation « d’effet Mona Lisa » est erronée ». 

 

Mais ce n’est pas tout. Selon le chercheur, cet effet illustre parfaitement « le désir puissant d’être regardé et d’être le centre d’attention de quelqu’un, d’être important pour cette personne, même si nous ne la connaissons pas. »

 

Cette sensation serait-même, peut-être, un vestige de notre évolution. Destinée à attirer notre attention lorsqu’un prédateur regarde dans notre direction. La Joconde nous révèle bien plus que nous le pensions. Elle pourrait bien nous en apprendre plus sur nous-même que sur elle-même. Nous ne savons cependant pas si les caractéristiques de Léonard de Vinci (dont nous vous parlions dans cet article) ont été prises en considération dans l’étude.

En savoir plus sur : -