« La féminité, ce n’est pas qu’une question de physique, c’est bien plus profond », comment définir la féminité aujourd’hui ?

Qu’est-ce que la féminité en 2019 ? Est-ce que la femme d’aujourd’hui est assez à l’aise pour parler librement de la féminité ? Ces questions vous mettent parfois mal à l’aise, ou vous intriguent. Amandine, 22 ans, sort d’une école de cinéma. Un monde où l’imagination et les projets fusent à chaque instant. Puisant dans ses interrogations sur la femme et son envie de se découvrir un peu plus chaque jour, elle s’interroge sur la féminité. Elle revient sur son projet et se dévoile pour le Tribunal du Net.

>> À lire aussi : Des femmes rondes défilent en tenues légères au Trocadéro pour lutter contre les diktats de la mode

La féminité : un sujet intéressant pour une femme en pleine construction

À 22 ans, Amandine se questionne : qu’est-ce que la féminité en 2019 ? Que signifie ce mot pour chaque femme, mais aussi pour chaque homme. Aujourd’hui, de l’avis général, la féminité est une notion abstraite, mêlant une multitude de définitions propres à chacun. Sortie d’une école de cinéma, Amandine se pose beaucoup de questions. Évoluant dans un monde où certains hommes ressentent encore ce besoin de dominer, quitte à rabaisser la femme, elle s’interroge sur sa féminité, et se cherche.

Après un rapport compliqué avec un homme, Amandine se retranche dans ses interrogations, et décide de faire le point. « J’ai longtemps vécu un peu à travers le regard de l’homme, et j’en suis arrivée à détester mon image » . Après plusieurs séances chez une psychologue, elle met le doigt sur ses différentes fragilités, notamment une notion de féminité qui semble lui manquer. « En me demandant ce qu’est la féminité, je me suis aussi demandé si les femmes en général se posaient cette question » explique la jeune femme.

Une notion qu’on attache bien souvent au simple fait d’être une femme « bien habillée » et « maquillée » selon l’étudiante en cinéma. Pour elle, la femme se construit encore trop différemment par rapport à l’homme. Et on tombera tous d’accord sur ce stéréotype à peine exagéré : les petites filles doivent être douces et calmes, et les petits garçons doivent s’affirmer. « Ce projet, c’est aussi pour que les femmes et les hommes échangent et communiquent sur une même notion. Apprendre des points de vues de chacun. C’est aussi grâce à la communication que tout peut changer, et que l’égalité des sexes peut évoluer » insiste Amandine.

View this post on Instagram

✒ P A U L I N E 🌠 Étudiante en Communication Compte perso @paulinedoriat __|Est ce que tu aimes être une femme?|__ En toute honnêteté si on m’avait posé cette question il y a quelques mois je n’aurai pas su quoi répondre. Pour autant j’ai vécu, il n’y a pas longtemps des remarques sexistes, me traitant de « femme ». Je ne pensais pas que cela puisse un jour être considéré comme une insulte. J’aime être une femme. Je sais répondre, je sais attaquer, je sais dire à quelqu’un d’aller se faire foutre s’il le faut aussi fort que n’importe quelles autres genres. Je pense passer ma vie à prouver qu’une femme est aussi forte, intelligente, indépendante et égalitaire à l’homme. Mais c’est un combat que je suis fière de mener. Je suis fière d’être une femme et j’aime l’être. __|Qu'est ce que ça veut dire pour toi FÉMINITÉ ?|__ Pour moi la féminité ce n’est qu’un terme. Ce mot a une définition bien précise mais chacun lui donne son sens. Pour moi il existait pour aller de paire avec masculinité. Mais maintenant il n’y a plus de cases, juste ce que l’on souhaite en faire et ce qu’on souhaite être.  La féminité est en constante évolution, elle n’a plus de genre. Certains hommes sont plus féminins que moi et inversement. S’ils se sentent bien et sont heureux j’en suis moi-même heureuse. On se construit tous les jours parfois je suis féminine parfois je ne lui suis pas ça va ça vient. Je me construis je suis modulable en jouant avec mon propre corps et mes humeurs. Si aimer prendre soin de soi c’est être féminine alors je le suis les jours où j’y pense. . __|Quand tu te regardes dans le miroir, quelle est la première chose à laquelle tu penses?|__ Je me sens belle haha. Je suis passée par différentes phases. J’ai la peau qui marque facilement, le stresse, la peur, l’anxiété ou tout autres sentiments. J’avais besoin du regard des autres pour aller mieux ou pour être « belle ». Aujourd’hui je n’ai besoin que de moi-même. Je suis fière de moi. Je marque toujours autant mais mon corps, ma tête et mon coeur sont en association et qu’importe ce qu’il m’arrive, je me plais et c’est ce qu’il importe.

A post shared by détails de féminité (@dixpetitsdetails) on

>> À lire aussi : Femmes exploitées, abusées sexuellement : l’insoutenable vérité derrière les fraises importées d’Espagne

La féminité : y penser c’est bien, en parler c’est mieux

Le corps de la femme et sa représentation dans la société fait parfois débat. Trop grosse, trop mince, trop maquillée… La femme est bien trop souvent jugée sur son apparence. Un jugement dur, difficile parfois de s’accepter soi-même, et qui enferme parfois la femme dans une féminité normée par la société. « J’ai créé un compte Instagram, Dix petits détails, en septembre. Mais en avril dernier, j’ai décidé d’en faire un compte dédié à la féminité. Il me permet de m’exprimer sur l’importance de s’écouter et d’aimer son image, se reconnecter à soi et retrouver une certaine sérénité » explique-t-elle. En avril, Amandine décide de mettre un projet pour que femmes et hommes s’expriment sur la féminité.

Une question difficile pour certaines personnes qui n’y ont jamais véritablement réfléchi, et un sujet encore trop tabou pour certaines femmes et certains hommes. Pourquoi ? « Une femme a le droit et doit être ce qu’elle veut être. Sans jugement » martèle Amandine. À travers des posts sur Instagram, la jeune femme donne la parole aux femmes sur leur propre définition de la féminité : « Ça ne s’applique pas seulement au fait de se percher sur des échasses ni porter du rouge à lèvres, c’est pas que physique je pense, c’est exprimer sa sensualité en assumant sa personnalité naturellement » explique Hélène, qui a participé au projet. De son côté, Constance voit la féminité comme un bien-être au quotidien : « Pour moi, c’est un peu se sentir bien […] Une femme qui porte un jogging ou même un jean un peu large et un sweat n’est pas considérée comme féminine, et pourtant ça ne dépend que d’elle de se sentir, ou non, féminine. Pour moi, c’est plus un état d’esprit » .

Être féminine dans une société normée

À l’heure actuelle, la féminité est relayée au second plan, laissant place au féminisme. Une cause importante, qui n’est pas bien éloignée du projet d’Amandine, qui préfère tout de même se concentrer sur la notion et le concept de féminité. « Féminisme et féminité, c’est proche, mais également tellement différent. La féminité est un concept assez flou, que chacun s’approprie. Le féminisme a sa propre définition, c’est vouloir l’égalité entre les hommes et les femmes. Mais tout le monde veut ça, n’est-ce pas ?«  sourit Amandine.

Dans une société où les normes priment encore dans les pensées et les manières d’imaginer et construire son corps, la jeune femme avoue ressentir un malaise. « Les images des femmes et des hommes sont encore bien stéréotypées dans les images marketing, bien que beaucoup de marques tendent à choisir des mannequins avec des formes et allures différentes » constate Amandine, avant d’avouer que la jeune femme s’est longtemps construite à travers le regard des hommes côtoyés.

Un regard masculin qui juge la femme, qui la conditionne à une image féminine qui n’est pas toujours la bonne. Voulant se libérer de ce regard masculin, Amandine s’est donnée pour objectif de trouver sa propre définition de la féminité : « Ce projet m’aide beaucoup. Chaque jour, c’est une petite victoire pour moi. Je vois des femmes parler de leur féminité, et parfois je me dis que c’est aussi ma façon de voir les choses. J’aimerais que d’autres femmes s’identifient à mon travail, pour leur permettre de construire leur propre notion de la féminité » avoue l’ancienne étudiante en cinéma, avant d’ajouter : « Il y a autant de féminité qu’il y a de personnes sur cette terre » .

View this post on Instagram

✒ R É M I 🏔 Étudiant à L'EPFL – Voyageur & Rêveur Compte personnel @remisupertramp __|Est-ce que tu aimerais être une femme?|__ Je pense pas être né avec le mauvais sexe, je me sens homme dans ma tête et j’ai un corps d’homme. Ça me plairait d’être une femme pour un jour, pour voir ce que ça fait d’être dans le corps d’une femme, ça pourrait être une bonne expérience si c’était possible. . __|Qu'est ce que ça veut dire pour toi FÉMINITÉ?|__ Pour moi la féminité n’est pas propre à la femme, on peut retrouver de la féminité chez un homme, comme on peut trouver de la masculinité chez une femme. Ça serait cool de comparer les deux d’ailleurs. Quand je pense à la masculinité, je pense à quelque chose de fort, musclé, avec des poils, des traits épais, rugueux. Quand je pense à la féminité, je pense plus à quelque chose de gracieux, beau, fin, voluptueux. Et en général la féminité m’attire beaucoup plus que la masculinité. __|En tant qu'homme, est ce important de parler de la féminité?|__ Je trouve ça important de parler de féminité, mais surtout, en tant qu’homme, c’est vraiment intéressant d’écouter les femmes parler de ça et de leurs états d’esprit en tant que femme. Je suis pas un mec forcément à l’aise avec les filles, je sais souvent pas comment m’y prendre, du coup s’échanger nos ressentis de nos genres, ça peut éviter des maladresses.

A post shared by détails de féminité (@dixpetitsdetails) on

Messieurs, assumez votre part de féminité

Pourquoi limiter la féminité à la femme ? Depuis toujours, l’homme se doit d’être une personnalité viril, forte, presque insensible (en stéréotypant à peine). Alors que certains assument leur « fragilité » et leur sensibilité, d’autres se refusent encore à avouer ce que beaucoup apparentent à une faiblesse. Mais ce projet n’est pas seulement destiné aux femmes, et les hommes peuvent et doivent s’exprimer sur le sujet. Pour les hommes, c’est encore plus difficile de parler de féminité. Pourtant, certains se prêtent au jeu. « Qu’un homme parle de féminité, c’est important. Cela peut faire évoluer les mentalités, même si la société reproche à ces hommes de défendre quelque chose qu’ils ne maîtrisent pas » explique Corentin.

Nous tomberons d’accord pour dire que la société tend à confronter les féministes et les machos. Des femmes qui veulent prouver leur indépendance et leur force de caractère, face à des hommes qui se veulent virils, puissants, et parfois dominants. L’idée qu’une femme puisse diriger une entreprise – voire même le pays – hérisse les poils de certains hommes. Avec Internet et certains comptes féministes, les hommes ont tendance à se sentir stigmatisés, enfermés dans une cage « d’homme destructeur et irrespectueux » , alors que la femme est perçue comme « faible, soumise à l’homme » . Mais pour Amandine, le temps n’est plus à la dénonciation des comportements, mais au rebondissement et au renouveau. « Aujourd’hui, je pense que c’est important de rebondir, notamment avec ce terme de féminité. La féminité évolue chaque jour, et la masculinité aussi » . En reprenant les stéréotypes, les deux genres semblent se mélanger. L’homme accepte et assume sa part de féminité, alors que la femme adopte un comportement plus masculin, plus fort et assumé.

Finalement, au-delà des différents concepts, ne pourrait-on pas dire que la féminité se créé chaque jour, au même titre que la masculinité. Et que ces deux notions sont propres à chacun, sans être enfermées dans des cases. En attendant, vous pouvez suivre le projet d’Amandine sur Dixpetitsdétails.

>> À lire aussi : H&M célèbre le corps de la femme sous toutes ses formes !

En savoir plus sur : - - -

Publié par Jessy le 17 Mai 2019
0