Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Agression mortelle d’Yvan Colonna : France Télévisions a été condamnée

Publié par Andrianaivo RAOELIJAONA le 26 Mai 2023 à 18:12
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Le tribunal correctionnel de Paris a rendu sa décision. La famille d’Yvan Colonna a eu gain de cause. France Télévisions a en effet été condamnée.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Yvan Colonna en état de mort cérébrale après une agression par un autre détenu en prison

C’était une sombre affaire qui a secoué l’Hexagone en mars 2022. Pour rappel, Yvan Colonna a été condamné à la prison à vie. Le militant corse a ôté la vie au préfet Claude Erignac. L’auteur des faits, se trouvant à la maison centrale d’Arles, dans le département des Bouches-du-Rhône, a cependant été agressé. L’assaillant était Franck Elong Abé, un détenu qui serait apparemment le chef d’un commando taliban.

15 jours après l’agression d’Yvan Colonna, France Télévisions a diffusé dans le journal télévisé de France 3 Corse des clichés issus de la vidéosurveillance de la prison. Le reportage mis en ligne sur le site de la chaîne a rapidement été retiré. Malgré tout, le mal est fait. Les proches de la victime a ainsi porté plainte « pour violation du secret de l’instruction » et a demandé que justice soit faite. Le tribunal correctionnel de Paris a penché en leur faveur.

La suite après cette publicité
Yvan Colonna - France Télévisions
Yvan Colonna @ DR

« Une recherche évidente du sensationnalisme »

Le 15 mars dernier, Delphine Ernotte, la PDG de France Télévisions, les deux journalistes autrices du sujet et le directeur de la rédaction de France 3 se sont présentés devant le tribunal. Ce dernier a été relaxé. Pour les autres, elles ont été reconnus coupables de « publications d’actes de procédure pénale avant leur lecture en audience publique », comme le rapporte Le Parisien.

La suite après cette publicité

Le juge a fait savoir que les images issues de la vidéosurveillance ont été diffusées de manière « brute et non contextualisée ». La diffusion a été faite « dans une recherche évidente du sensationnalisme ». Bien que la victime, Yvan Colonna, ne soit pas « identifiable » sur les clichés, « la force d’évocation », appuyée par le montage du sujet « n’en est pas moins réelle ».

Compte tenu des faits reprochés, France Télévisions et les deux journalistes ont écopé d’une amende avec sursis de 1 500 euros chacune. Selon les informations relayées, la famille de la victime devra toucher au total 9 000 euros de dommages et intérêts.

À lire aussi : Mort d’Yvan Colonna : Qui est Stéphanie, la femme avec qui il s’est marié en prison ?

La suite après cette publicité

France Télévisions n’a pas réagi au verdict

Comme le rapportent nos confrères du Parisien, l’AFP a contacté France Télévisions. Toutefois, la société nationale de programme n’a pas souhaité réagir à l’affaire. De son côté, l’avocate de la famille d’Yvan Colonna, Maître Marie-Laure Barré, s’estime satisfaite de la condamnation. Elle a tenu à rappeler que le « visionnage de ces images avait été d’une grande violence » pour les proches du militant indépendantiste.

À lire aussi : Yvan Colonna : Ses derniers mots sur la Corse prononcés avant son assassinat (vidéo)