Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

« J’avais un détonateur dans la main » : La jeune femme qui s’est attaché au filet de Roland-Garros raconte son arrestation

Publié par FJ le 07 Juin 2022 à 18:17

C’est sans aucun doute l’un des moments phares de cette édition de l’année 2022 de Roland-Garros. Durant la demi-finale, Alizée, jeune militante écologique s’est accrochée au filet pour dénoncer le réchauffement climatique. Une action coup de poing qu’elle a accepté de raconter sur le plateau de Touche pas à mon poste ce lundi 6 juin 2022. Découvrez la séquence dans la vidéo ci-dessous.

Une action marquante

Depuis plusieurs années maintenant, les militants écologiques font de plus en plus entendre leurs voix. Et pour cause, le temps avance, mais les gouvernements des différents pays du monde entier peinent à mettre des choses en place pour lutter activement contre le réchauffement climatique.

De nombreux collectifs voient donc le jour pour tenter de faire bouger les choses. Et pour ce faire, ils n’hésitent pas à mener des actions coups de poing qui se feront entendre dans toute la France. C’est le cas notamment d’Alizée, une jeune femme de 22 ans. Elle s’est introduite sur le terrain de Roland-Garros en pleine demi-finale ce jeudi 2 juin 2022 avec un t-shirt sur lequel était écrit « We have 1028 days left » , à traduire par « Il nous reste 1028 jours » . 

Alizée raconte les coulisses de son intrusion

Lundi 6 juin 2022, elle était invitée par Cyril Hanouna sur le plateau de Touche pas à mon poste pour se confier sur les coulisses de son action qui a été vue par la France entière : « Je suis restée dans l’enceinte du stade. Je me suis cachée dans les loges, parce que j’avais des places très, très haut. J’ai réussi à descendre au moment du chaos où tout le monde se demandait ce qui allait se passer, si le match allait être arrêté. Je me suis cachée dans les loges de TF1. J’ai réussi à rester sur l’autre demi-finale et après j’ai attendu un peu » .

Elle est ensuite revenue sur son évacuation forcée par les services de sécurité qui selon elle, ont eu très peur : « Et j’ai réussi à aller encore plus proche du terrain, là dans le clan Chanel. J’étais juste à côté du terrain et après j’ai fait ce qui a été vu. Je pense qu’ils ont eu peur, parce qu’ils pensaient que j’avais un détonateur dans la main. C’est pour ça que j’ai levé la main, j’avais juste de la colle. Je suis non violente » .

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0