Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Les Balkany bientôt en prison ? Nouveau rebondissement pour le couple

Publié par Charlène Deveaux le 06 Jan 2022 à 12:51
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Après plus d’une centaine d’accusations visant le couple, la justice a délibéré d’un placement sous surveillance pour les Balkany. Le couple a décidé de faire appel.

>>> À lire aussi : « J’ai voulu m’endormir une deuxième fois » : Isabelle Balkany révèle ses pensées noires

Libérés du bracelet mais pas délivrés de la justice

Le 17 décembre 2021, les époux Balkany, condamnés initialement pour fraude fiscale en mars 2020, avaient appris par le juge de l’application des peines d’Évreux la destitution de leurs bracelets électroniques pour avoir dérogé certaines règles concernant notamment leur maintien à domicile. Une décision qui aurait dû les amener, normalement, tout droit en prison. Pourtant, le parquet d’Evreux a finalement décidé de suspendre, en attendant l’appel. Ainsi, depuis décembre, le couple est littéralement libre comme l’air, sans bracelets.

Pourtant, en ce qui concerne les incidents dont ils ont fait preuve, les Balkany n’y sont pas allés de mainmorte. En effet, ils auraient au total comptabilisé plus d’une centaine d’incidents. Rien que ça. Parmi eux, on compte notamment beaucoup de retards et quelques rendez-vous manqués avec le service d’insertion et de probation d’Évreux. En ce qui concerne les assignations à résidence dans ce genre de cas, les condamnés doivent impérativement rester six heures consécutives à domicile. Les horaires d’entrées et de sorties sont établies en amont et doivent êtres rigoureusement respectées. Chose qui n’a, visiblement, pas été le cas.

Balkany

Un appel « suspensif »

Contacté par le média Médiapart, Pierre-Olivier Sur, l’avocat d’Isabelle Balkany, a certifié que « le parquet a considéré que l’appel était suspensif » . « Cette décision est un coup de semonce. Il y a eu une centaine d’incidents de sonnerie, et un peu de désinvolture… Ils n’ont pas le droit de sortir de la maison, mais quand le chien sort, ils courent après, quand le facteur passe, ils vont au portail » , poursuivait le défenseur.

« Au moment de l’audience, le dispositif a enfin été réglé pour qu’il n’y ait plus d’incident » , a également ajouté l’avocat. Il semblerait donc qu’il n’y ait plus de problème à craindre de complications à craindre de la part des septuagénaires. En attendant, Dominique Puechmaille, la magistrate d’Evreux, n’a pas précisé quand cet appel sera examiné.

>>> À lire aussi : Emmanuel Macron candidat à la présidentielle ? Le président répond enfin

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0