Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Déconfinement décalé : Emmanuel Macron prêt à faire marche arrière ?

Publié par Quentin VIALLE le 05 Mai 2021 à 11:31
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Si le calendrier de déconfinement a été présenté par Emmanuel Macron, ce dernier a annoncé que des mesures de « freinage d’urgence » pourraient être prises. En effet, si la situation sanitaire se dégrade, le président de la République n’écarte pas de repousser certaines échéances.

La suite après cette publicité
Emmanuel Macron pourrait modifier à tout moment le calendrier de déconfinement

@Emmanuelmacron

Le calendrier de déconfinement peut toujours être modifié

La suite après cette vidéo

Les différentes étapes du déconfinement en France ont été annoncées par Emmanuel Macron. Un déconfinement qui se fera de manière progressive en trois dates distinctes : le 19 mai, 9 juin et 30 juin. Réouverture des terrasses, des lieux de sports et retour dans les bars et restaurants : des échéances que tout le monde attend avec impatience.

Mais toutes ces mesures annoncées aux Français pourraient être entravées par des « freins d’urgence » en cas de mauvaise situation sanitaire. Emmanuel Macron a d’ailleurs tenu à être clair à ce sujet : « Est-ce que je peux vous dire, les yeux dans les yeux, qu’on ne sera plus jamais débordés par ce virus ? C’est impossible », a-t-il prévenu avec prudence dans une récente interview. Des décisions seront prises en fonction de trois critères principaux.

La suite après cette publicité

>>> A lire aussi : Déconfinement : Ce que vous avez le droit de faire dès aujourd’hui

Quelles conditions sanitaires ?

La suite après cette publicité

De ce fait, les autorités prendront en compte trois critères pour savoir si le plan de déconfinement peut-être tenu sur le territoire :

  • Le taux d’incidence : celui-ci ne devra pas dépasser les 400 infections pour 100.000 habitants.
  • Une augmentation « très brutale » de celui-ci.
  • Une menace de saturation des services de réanimation.

Si le taux d’incidence a nettement baissé dans presque toute la France, ce n’est pas le cas partout. Huit départements sont, encore aujourd’hui, au-dessus de 400 cas pour 100.000 habitants : les Bouches-du-Rhône, l’Essonne, l’Oise, Paris, Val d’Oise, Val-de-Marne, Seine-et-Marne et Seine-Saint-Denis. Il ne faut donc pas crier victoire trop rapidement…

La suite après cette publicité

>>> A lire aussi : Covid-19 : « cet été peut devenir un cauchemar »

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.