Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Une banque verse 900 millions de dollars par erreur : pas de remboursement possible !

Publié par Justine le 19 Fév 2021 à 7:26
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

En août 2020, la banque américaine Citigroup s’est rapidement rendu compte de son énorme erreur comptable. En effet, l’entreprise a versé pas moins de 900 millions de dollars à des fonds d’investissement. Un juge new-yorkais vient de trancher : la banque ne sera pas remboursée en totalité.

Citigroup, erreur comptable

>>> À lire aussi : Une arnaque de près d’un million d’euros découverte… dans une banque !

L’erreur comptable de Citigroup coûte très cher

En août dernier, Citigroup a fait la une des journaux suite à une erreur comptable qui lui coûte extrêmement cher. En effet, la banque américaine a versé 900 millions de dollars à plusieurs créanciers du fabricant de cosmétiques Revlon, ce qui n’était pas prévu. Au départ, l’entreprise devait verser les intérêts d’une valeur de 7,8 millions de dollars pour financer l’acquisition de la marque Elizabeth Arden par Revlon.

Le comptable de l’entreprise s’est emmêlé les pinceaux et doit amèrement le regretter ! En effet, suite à cette bourde, Citigroup a demandé aux fonds d’investissement de bien vouloir leur rembourser la somme reçue. Seul 400 millions de dollars ont été récupérés, amenant l’affaire en justice.

>>> À lire aussi : Une banque verse 900 millions d’euros « par erreur » et le regrette amèrement !

Citigroup perd 500 millions de dollars

Malheureusement pour Citigroup, le juge new-yorkais, Jesse Furman, s’est rangé du côté des fonds d’investissement. Ces derniers sont autorisés à garder les 500 millions de dollars crédités par erreur. Il explique sa décision en se basant sur la loi en vigueur dans l’État de New York qui indique que si les bénéficiaires n’ont pas fait de fausses déclarations ou n’ont pas été immédiatement été prévenus de l’erreur, ils sont en droit de garder l’argent, indique l’AFP.

Il conclut donc que les accusés « étaient persuadés, en toute bonne foi, que les (…) versements reçus étaient des remboursements anticipés des prêts accordés à Revlon ». De ce fait, « Citi n’a pas le droit de récupérer son argent. À l’inverse, les prévenus ont le droit de garder l’argent ». L’affaire est close, à moins que Citigroup fasse appel. La banque est extrêmement mal en point, puisque les autorités lui ont infligé une amende de 400 millions de dollars pour les failles évidentes dans sa gestion des risques.

>>> À lire aussi : La Banque Postale : cette énorme boulette qui fait scandale !