Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Coronavirus : ces 20 000 masques FFP2 achetés en douce par l’Assemblée Nationale qui font scandale…

Publié par Justine le 08 Fév 2021 à 12:02

Les masques FFP2 vont-ils devenir la norme d’ici quelques semaines ? L’Assemblée nationale n’hésite pas à faire des stocks de ces nouveaux masques contre le Coronavirus en passant une commande de 20 000 protections. Pourtant, les FFP2 sont réservés en priorité aux soignants. Les élus sont-ils avantagés ?

Coronavirus, masques FFP2

>>> À lire aussi : Covid-19 : 1 Français sur 2 porte un masque sale !

Le FFP2 pour se protéger du Coronavirus

Alors que les masques faits maison sont désormais interdits dans de nombreux espaces publics, le gouvernement recommande l’utilisation des masques FFP2, plus efficaces contre le Coronavirus. Toutefois, la Direction générale de santé (DGS) met le holà : ces masques doivent être réservés aux soignants avant la population.

Comme le relate Capital, la DGS souhaite que ces protections soient « prioritaires pour les soignants réalisant des actes invasifs ou à risque d’aérosolisation ». De ce fait, « l’utilisation en population générale, de tels masques, n’est pas recommandée ». Cette information aurait-elle été volontairement omise par l’Assemblée nationale ? En effet, le collège des questeurs de l’Assemblée a passé une commande de 20 000 masques FFP2, révèle Capital. Bien entendu, cette commande fait polémique.

>>> À lire aussi : Covid-19 : ces nouveaux masques FFP2 qui seraient capables de tuer le virus

L’Assemblée nationale se protège du Coronavirus

Bien que ces masques FFP2 peuvent être achetés par tous en pharmacie ou dans d’autres magasins, cette commande reste suspecte. Les élus vont-ils être protégés du Coronavirus avant les soignants qui sont en première ligne ?

Ce nouveau stock doit compléter les 2 000 masques déjà en leur possession. Ce collège est composé de trois députés chargés de l’administration financière de l’institution, qui n’expliquent pas l’objectif de cette commande. Ce sont des collaborateurs qui ont justifié cet achat : « Il s’agit d’un stock d’urgence, constitué dans l’hypothèse où la crise sanitaire s’aggraverait ». De plus, ces masques sont destinés à des membres du cabinet médical et aux gardes républicains (qui en ont 16 par semaine).

>>> À lire aussi : Un pharmacien complotiste détruit des centaines de doses du vaccin contre le coronavirus