Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Covid-19 : le vaccin Pfizer pointé du doigt pour une raison précise… et dangereuse !

Publié par Manon CAPELLE le 20 Juin 2021 à 15:05
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’homme politique François Asselineau a avancé ces derniers jours que le vaccin Pfizer pourrait en effet « accélérer la propagation » du virus dans l’organisme. Alors, vérité vraie ou fake news ? Il s’agit en réalité d’une lecture erronée d’une étude allemande réalisée vis-à-vis un patient décédé. Ce dernier avait reçu une première dose du vaccin en janvier dernier.

La suite après cette publicité
pfizer accelere propagation virus

>>> À lire aussi : Pfizer : le vaccin pourrait être sujet à de nouvelles complications

Le vaccin Pfizer pourrait-il accélérer la propagation du virus ?

La suite après cette vidéo

François Asselineau multiplie les interventions face au vaccin Pfizer. Ce dernier se base notamment sur une étude allemande publiée en juin. Celle-ci est consacrée à l’autopsie d’un patient âgé de 86 ans qui avait reçu une première dose de vaccin en janvier dernier.

La suite après cette publicité

« Le vaccin ARNm (…) n’a pas semblé arrêter la propagation du virus (…) dans tout le corps », assure-t-il. Selon lui, les vaccins à ARN « peuvent peut-être (…) accélérer la propagation du Covid-19 ». Seulement, la lecture que François Asselineau fait de cette étude s’avère en réalité… erronée.

>>> À lire aussi : Pfizer : Des effets secondaires inquiétants au niveau du coeur signalés après la vaccination

Pour le professeur Torsten Hansen, c’est non

La suite après cette publicité

L’équipe allemande du professeur Torsten Hansen a réalisé cette étude suite à la mort d’un patient à l’âge de 86 ans. Ce dernier avait reçu une première dose du vaccin Pfizer quatre semaines avant son décès. D’abord hospitalisé pour une diarrhée persistante, soit 17 jours après sa vaccination. il sera alors testé positif au Covid-19 dès le lendemain.

L’autopsie a finalement révélé que neuf organes comportaient le code génétique du virus. Sur ces neuf organes, seuls sept présentaient de l’ARN viral, soit le signe d’un « stade précoce d’infection ». Auprès de France Info, Torsten Hansen explique : « C’est pourquoi (dire que) de l’ARN viral a été trouvé dans presque tous les organes du patient est tout simplement faux ».

L’équipe du professeur a ensuite confié que le patient ne présentait aucune des « caractéristiques morphologiques » de la Covid-19. Ainsi, l’étude conclut que le virus n’a pas causé le décès du patient et qu’il aurait bien profité d’une réponse immunitaire grâce à l’injection de la première dose de vaccin.

La suite après cette publicité

>>> À lire aussi : Pfizer : la mauvaise nouvelle qui vient de tomber

Source : France TV Info 

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.