Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Elle échappe à la prison malgré les images pornographiques avec des animaux retrouvés sur son ordinateur

Publié par Nicolas F le 06 Août 2017 à 16:40
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les deux bras en l’air, signe de victoire, Wendy Jones, est sortie du tribunal triomphante. Elle peut rentrer chez elle libre. Elle n’a pas été condamnée pour les charges qui pesaient sur elle, pourtant Wendy Jones a été arrêtée pour détenir une impressionnante collection d’images sexuelles extrêmes avec des animaux.

La suite après cette publicité

(Liverpool Echo)

Son ex petite-amie l’a dénoncée à la police

Wendy Jones a quitté la Cour de justice de Liverpool complètement libre. Pourtant, son nom restera sali car dorénavant, son nom est associé à des faits de zoophilie. C’est son ancienne petite-copine, Kay Davies qui l’a dénoncée à la police. Un jour, Wendy est venue lui montrer une photo d’une fillette et d’un homme qui avaient un rapport sexuel. Complètement choquée, Kay est allée voir la police. En fouillant chez elle, la police a découvert sur l’ordinateur de Wendy une collection de matériel pornographique impliquant des animaux.

La suite après cette vidéo

 

La suite après cette publicité

Elle possédait du matériel pornographique zoophile

Wendy Jones, 54 ans, sans emploi et qui vit avec une allocation maladie de 670 euros par mois a préféré plaider coupable des six charges qui pesaient sur elle lors de son procès. En effet, toutes les preuves étaient là. Elle possédait sur son ordinateur 31 vidéos et photos de femmes qui avaient des relations sexuelles avec des chevaux, des chiens et un cochon. Le procureur a rappelé que des preuves montraient que l’accusée avait « fait des recherches sur Internet avec des termes qui font références aux enfants ».

(Liverpool Echo)

Sa réputation est entachée à jamais

La suite après cette publicité

Mais le juge n’a pas jugé bon de l’envoyer en prison. Il a préféré lui imposer 12 mois de travaux d’intérêt général, d’assister pendant 60 jours à des réunions de réinsertion et d’apparaitre pendant dix ans dans la liste de prévention des agresseurs sexuels potentiels. Cette condamnation a été jugée suffisante car elle lui impose ce qu’il y a de pire. Depuis toujours Wendy jouissait d’une bonne réputation auprès de ses voisins et de ses amis. Dorénavant, tout le monde est au courant de ses penchants, ce qui est déjà une punition importante.

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.