Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

L’appli scandaleuse de Google pour « soigner » l’homosexualité !

Publié par Anissa Duport-Levanti le 05 Juin 2013 à 14:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Lancée par un groupe religieux catholique, l’appli « Setting Captives Free » (Délivrer les prisonniers) a été retirée de la plateforme de téléchargement d’Apple mais est toujours disponible sur celle de Google. Cela fait pourtant plus d’une semaine que des pétitions circulent pour tenter de la faire supprimer, notamment via le collectif All Out. Car son but est scandaleux et clairement homophobe. Après avoir stipulé que les gays ne « sont pas nés comme ça », elle propose 60 jours de cours afin de se « libérer de l’esclavage de l’homosexualité ».

source : Rue89

source : Rue89

Pourtant, Google et Apple sont définis depuis longtemps comme « gay friendly », pour preuve le règlement de Google Play qui proscrit « toute incitation à la haine envers des groupes de personnes en raison […] de leur orientation ou de leur identité sexuelle », ou l’engagement public d’Apple en faveur du mariage homosexuel en Californie. L’autorisation de commercialisation d’une telle application est donc très surprenante. Si Apple a d’ores et déjà retirer cette appli de la vente, Google ne l’a pas encore fait et n’a émis aucun commentaire sur le sujet, de quoi faire enrager les défenseurs de la cause homosexuelle.

La suite après cette vidéo
La suite après cette publicité

Heureusement, la vision de l’homosexualité par la population américaine se porte plutôt bien, comme le montre le graphique ci-dessous, contrairement à la celle des français qui est en chute libre. On dit merci à la manif pour tous et aux dérapages politiques de la droite…

source : groupe Facebook "Stop Homophobie"

source : groupe Facebook « Stop Homophobie »

Voyez aussi d’autres chiffres qui témoignent d’une recrudescence de l’homophobie en France depuis le débat sur le mariage gay.

source : Rue89