Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Marlène Schiappa dans TPMP : elle évoque un douloureux souvenir d’harcèlement qu’elle a vécu…

Publié par Lucas le 16 Avr 2021 à 20:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Elle est l’un des symboles de la lutte contre le harcèlement sexuel et l’égalité entre les femmes et les hommes depuis plusieurs années maintenant. Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté était sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste ce jeudi. L’occasion pour elle de revenir sur un sujet sur lequel elle travaille énormément, le harcèlement de rue, et sur un souvenir particulier et assez choquant pour elle.

>>> A lire aussi :Marlène Schiappa : après la polémique sur son lissage, son coiffeur s’exprime dans TPMP

Marlène Schiappa évoque un douloureux souvenir

Pour la membre du gouvernement, l’apparence physique et le profil des personnes ne permettent en aucun cas de déceler une quelconque culpabilité dans un sujet d’harcèlement. Sur Touche Pas à Mon Poste, elle n’a d’ailleurs pas hésité à le rappeler, en racontant tout particulièrement l’un des souvenirs qui l’a le plus marqué, alors qu’elle était en pleine gare… Montparnasse.

« Un type m’a suivie avec une petite mallette et un gobelet Starbucks. Il m’a suivie de manière très agressive et j’ai eu la peur de ma vie. Donc je crois qu’avoir un costard et habite dans le 16ème (arrondissement) ne garantit pas que vous n’allez pas vivre ça », confie Marlène Schiappa, pour qui le harcèlement de rue doit impérativement cesser.

>>> A lire aussi :Polygamie : Marlène Schiappa promet qu’elle n’interdira pas les plans à trois et le libertinage ! (OUF)

Lutter contre le harcèlement de rue

C’est en effet un sujet que prend très à cœur Marlène Schiappa. Pour elle, il est impératif de mettre en place un projet, appelé « Quartiers Sans Relous ». Autrement dit, veiller à ce que le harcèlement de rue soit banni, pour que l’ensemble des femmes puissent aller et venir et vivre librement sans crainte ni peur d’être embêtée, importunée et parfois pire.

>>> A lire aussi : Harcèlement : Ce nombre hallucinant d’étudiants en médecine victimes de violences sexistes ou sexuelles

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0