Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Nathalie Pechalat, Teddy Riner, Tatiana Golovin… 54 athlètes olympiques disent stop aux violences sexuelles dans le sport

Publié par FJ le 05 Fév 2020 à 15:59
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Depuis quelques jours maintenant, le monde du sport fait parler de lui. Et pour cause, la patineuse, plusieurs fois championne olympique Sarah Abitbol se confie dans un livre sur les terribles violences sexuelles subies de la part de son entraineur entre ses 15 et ses 17 ans. Son appel à l’aide n’est pas resté sans réponse, puisque 54 athlètes se mobilisent.

athlètes stop violences sexuelles sport

>>> À lire aussi : Violences sexuelles : Flavie Flament brise le silence dans une émission spéciale

Les athlètes mobilisés

Depuis quelques jours, Sarah Abitbol fait beaucoup parler d’elle, et pour cause, la championne de patinage a été abusée par son entraineur alors qu’elle avait 15 ans, et ce, pendant 2 ans. Le principal intéressé ne compte pas démissionner de ses fonctions puisque selon lui « il y a eu des gestes inappropriés certes, et je m’en excuse ».

Ce qui évidemment ne passe pas du tout auprès du monde du sport. La fédération aurait été mise au courant, mais alors qu’il y a eu une mise à l’écart, il est revenu en tant qu’entraineur quelques jours plus tard.

>>> À lire aussi : Violences sexuelles dans le sport : les témoignages glaçants des victimes

Une tribune signée

Et vu que les choses n’ont pas l’air de beaucoup bouger, ce sont les athlètes qui montent au créneau. Ils sont 54 à signer une tribune afin de dire stop aux violences sexuelles dans le monde du sport en général.

« Nous souhaitons ainsi dire NON aux dirigeants, il ne s’agit pas d’étouffer des faits pour protéger une organisation. Pour préserver l’image d’un club ou d’une fédération. NON aux entraîneurs, il ne s’agit pas de détourner le regard pour protéger vos collègues ou préserver votre emploi. NON aux institutions, il ne s’agit pas d’éviter la surenchère médiatique pour ne pas écorner l’image du sport ».

>>> À lire aussi : L’horreur : un rescapé de l’Aquarius témoigne sur les atroces violences sexuelles subies par les hommes

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.