Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

À partir du 2 août, nous aurons consommé toutes les ressources de la planète pour l’année 2017

Publié par Charlene le 01 Août 2017 à 16:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Quand l’humanité réduit sa propre planète à néant

La suite après cette publicité

Saviez-vous que demain, nous vivrons à « crédit » sur le dos de notre belle petite planète ? Pus concrètement, à partir de 2 août, nous aurons consommé toutes les ressources de la planète pour un an. L’an dernier, cette date était fixée au 8 août, en 2015, elle était fixée encore plus tôt. Et en 1997, on calculait que cette date était estimée pour fin septembre. Eh bien nous y voilà, d’après les résultats observés par l’ONG Global Footprint Network., cette date arrive encore plus tôt cette année. Vous l’aurez compris, les choses ne vont pas en s’améliorant et il semblerait que cela ne fasse réagir personne. Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Tout d’abord, l’ONG a pris en compte divers facteurs comme l’élevage, la pêche, notre empreinte carbone ou encore l’eau utilisée.

La suite après cette vidéo

ressources de la planete

Les USA auraient besoin de 5 planètes…

La suite après cette publicité

En clair, nous aurons consommé plus que ce que la planète a à nous offrir en seulement sept mois, au lieu de douze. Nous avons émis plus de CO2 que ce que les océans et les forêts sont capables de produire pour cette période. Ainsi, nous avons « dépassé » la quantité de ressources qui nous était disponible. Le groupe WWF met d’ailleurs en garde contre ce phénomène. « Nous ne pouvons pas vivre à crédit de la planète éternellement. Car nous ne pouvons puiser dans ses ressources indéfiniment ». Le site We Demain ajoute également un détail fort intéressant. En effet, nous aurions besoin de cinq planètes si la population du monde entier vivait comme les États-Unis. Et de 1.8 si nous vivions tous comme le Brésil. Voilà qui amène à réfléchir, mais qui fait très peur également.

Crédit photo / photo à la une : © barnyz/Flickr

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.