Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Scandale dans un hôpital psychiatrique: l’enfermement abusif de patients fait polémique

Publié par Elodie GD le 21 Juin 2020 à 16:22
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Un véritable scandale a éclaté dans un hôpital psychiatrique du Val-d’Oise. Des patients ont signalé des abus d’enfermement dont ils ont été victimes. Plusieurs d’entre eux ont affirmé avoir été enfermés alors même qu’ils ne présentaient aucun symptôme du Covid-19.

La suite après cette publicité
les hôpitaux psychiatriques accusés d'effectuer des abus d'enfermement

A lire aussi: L’homme étoilé : l’infirmier qui dessine les soins palliatifs avec le sourire (Vidéo)

Les hôpitaux psychiatrique en pleine crise du Covid-19

La suite après cette vidéo

Le Coronavirus sévit actuellement dans les hôpitaux psychiatriques. En effet, ils ont constaté un afflux inquiétant de nouveaux patients dans leurs locaux. Ces nouveaux cas ont donné lieu à de graves dérives. Plusieurs patients ont été enfermés alors qu’ils ne présentaient aucun symptôme du Coronavirus. Adeline Hazan, la directrice générale des lieux de privation de liberté a donc fait une mise au point. Le 19 juin, elle a stipulé qu’il était « interdit d’enfermer des patients en psychiatrie au titre du confinement sanitaire ».

La suite après cette publicité

Ces abus sont le résultat de « d’une confusion entre le régime de l’isolement psychiatrique institué par le code de la santé publique et le confinement sanitaire décidé par les pouvoirs publiques ». Elle a constaté ces dérives lors d’une visite de l’hôpital Roger Prévot de Moisselles (Val d’Oise)  le 18 mai dernier. Plusieurs patients étaient enfermés dans leurs chambres 24h/24 alors qu’ils n’avaient fait l’objet d’aucun avis médical.

« Lever toute ambiguïté »

Afin de « lever toute ambiguïté » Adeline Hazan a adressé des recommandations au ministère de la Santé. Parmi elles, la directrice générale des lieux de privation stipule par exemple que « si un patient en soin libres accepte son traitement psychiatrique mais refuse l’hospitalisation dans une unité Covid » il doit pouvoir « quitter l’hôpital quelle que soit la situation au regard du Covid-19 ». De plus elle ajoute qu’il « appartient au médecin psychiatrique, et à lui seul, d’apprécier de manière individualisée si un tel refus résulte de la pathologie psychiatrique ou du libre-arbitre du patient ».

La suite après cette publicité

L’enfermement des patients dans leurs chambres qui ne respectent en aucun cas le confinement ou les gestes barrières « ne peut reposer que sur des décisions motivées par la mise en danger immédiate ou imminente du patient ou d’autrui ».

A lire aussi: Un homme arrive à l’hôpital avec un couteau de boucher planté dans le crâne

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.