Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Un nouveau virus inquiète fortement les scientifiques

Publié par Brandon Clouchoux le 06 Oct 2021 à 12:05
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Des chercheurs japonais ont identifié un virus jusqu’alors inconnu qui peut infecter l’homme et provoquer une maladie. Ce dernier est baptisé « Virus Yezo » : il est transmis par les morsures de tiques et est responsable de nombreux symptômes.

Découverte d’un nouveau virus

Le virus Yezo a été découvert lorsqu’un homme de 41 ans a été admis à l’hôpital en 2019, se plaignant de fièvre et de douleurs aux jambes après avoir été piqué par une tique alors qu’il se promenait dans une forêt d’Hokkaido. Il est sorti de l’hôpital après avoir été traité pendant deux semaines. L’homme a été testé négatif pour tous les virus transmis par les tiques qui étaient connus à l’époque. L’année suivante, un autre patient a été admis avec des symptômes similaires après avoir également été piqué par une tique.

Des chercheurs de l’université d’Hokkaido, dont le virologue de l’Institut international de lutte contre les zoonoses de l’université Keita Matsuno, ont effectué une analyse génétique sur des échantillons de sang des deux patients et ont découvert un nouveau nairovirusvirus dont le nom provient de la maladie des moutons de Nairobi -.

Ils ont trouvé des traces du « virus Yezo » chez au moins 5 patients, qui présentaient une forte fièvre et une réduction des plaquettes sanguines et des globules blancs.

>>> À lire aussi : Un nouveau virus très mortel inquiète : Il pourrait provoquer une épidémie

Les conséquences de la maladie

Ce nouveau virus provoque les symptômes suivants : fièvre, réduction des plaquettes sanguines et des globules blancs, responsables de la lutte contre les substances étrangères et les autres maladies.

« Au moins sept personnes ont été infectées par ce nouveau virus au Japon depuis 2014, mais, jusqu’à présent, aucun décès n’a été confirmé » , a déclaré Matsuno dans un communiqué de presse de l’Université d’Hokkaido.

En examinant des échantillons de sang prélevés sur des animaux sauvages au cours d’une période de dix ans débutant en 2010, les chercheurs ont trouvé des traces d’anticorps anti-Yezo chez les ratons laveurs et les cerfs Sika d’Hokkaido, qui sont indigènes à la région. L’équipe a également trouvé l’ARN du virus Yezo dans trois grandes espèces de tiques sur l’île située au nord du Japon.

>>> À lire aussi : Virus de la dengue : Un cas détecté en France, les chercheurs en alerte

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0