Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

« Une question de survie » : un militant anti-Linky condamné à 6 mois de prison : que s’est-il passé ?

Publié par Celine Spectra le 12 Jan 2022 à 10:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce lundi 10 janvier, le tribunal correctionnel de Rennes a condamné un militant anti-Linky à six mois de prison avec sursis.

La suite après cette publicité

Il est accusé d’avoir volé et dégradé, en Bretagne, 92 concentrateurs. Cet homme a d’ores et déjà annoncé faire appel.

Six mois de prison avec sursis pour le militant anti-Linky concernant le vol de 92 conteneurs

Image Flickr

>> A lire aussi : Linky : le compteur au coeur d’un nouveau drame la nuit de Noël ? 

La suite après cette vidéo

Six mois de prison avec sursis pour le militant anti-Linky

La suite après cette publicité

Ce lundi 10 janvier, un militant anti-Linky a été condamné à six mois de prison avec sursis au Tribunal de Rennes après avoir volé et dégradé 92 concentrateurs qui permettent le fonctionnement des compteurs communicants.

Le tribunal correctionnel a également annoncé que, conformément aux réquisitions, la voiture du prévenu allait être saisie ainsi que les autres biens placés sous scellés.

Christophe M., 58 ans, a par ailleurs été condamné à verser 47.165,70 euros au gestionnaire du réseau d’électricité Enedis. Ceci afin de réparer le préjudice financier occasionné. Et aussi un euro de préjudice moral.

La suite après cette publicité

>> A lire aussi : Linky : trois ans plus tard, il se rend compte qu’il paye l’électricité… de ses voisins ! 

Une question de survie

Cet ex-informaticien avait comparu ce vendredi 7 janvier pour des faits de vol avec destruction ou dégradation de ces 92 concentrateurs réalisés en 2020, en Bretagne. Ces boîtiers avaient pour vocation de transmettre depuis la cinquantaine de compteurs Linky raccordés, les relevés à Enedis. Mais il s’avère que beaucoup de personnes électrosensibles les accusent d’émettre des ondes nuisibles.

La suite après cette publicité

L’accusé affirme d’ailleurs que s’il en est arrivé à cette extrémité, c’est pour une raison de survie. Pour lui, il s’agissait de simple légitime défense. Et également d’une action de résistance face à une sorte « de déni et d’oppression sur la vie. »

Le représentant du ministère public a quant à lui assuré au sujet de l’accusé qu’il ne s’agissait en aucun cas « du Jean Moulin des ondes basses fréquences, ni le martyr de la cause ». Il a d’ailleurs requis 6 mois de prison avec sursis. Jérôme Bouquet-Elkaïm, avocat du prévenu, a d’ores et déjà annoncé que son client allait faire appel.

>> A lire aussi : Refuser la pose du compteur Linky : mauvaise nouvelle en approche pour les opposants 

La suite après cette publicité
Source : Europe1

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.