Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Une autrice au roman primé avoue qu’une partie de son livre a été rédigée avec ChatGPT

Publié par Killian Ravon le 21 Jan 2024 à 16:03
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’intelligence artificielle continue de faire parler d’elle. Cette fois, c’est une autrice japonaise, Rie Kudan, qui a admis avoir utilisé ChatGPT pour écrire environ 5 % de son dernier roman. Et pas n’importe quel roman ! Son œuvre « Tokyo-to Dojo-to » vient tout juste de remporter le prestigieux prix Akutagawa, la plus haute distinction littéraire au Japon.

Rie Kudan lors de la cérémonie de remise des prix de littérature japonaise.

Une confidence sur son roman qui fait réagir

Lors de la cérémonie de remise de prix mercredi, Rie Kudan a créé la surprise en déclarant qu’elle avait « employé tout le potentiel de l’IA pour rédiger ce livre ». Avant de préciser que 5 % du contenu consistait en des phrases générées par ChatGPT et reprises mot pour mot.

Si certains cybernautes saluent l’ingéniosité de la romancière, d’autres jugent son approche moralement discutable. « Elle a donc écrit un ouvrage en utilisant habilement l’IA… Est-ce que c’est du talent ? Je ne sais pas », s’interroge ainsi un internaute.

Le choix audacieux d’une romancière aguerrie

Pourtant, loin d’être un simple coup marketing, le choix de Rie Kudan semble cohérent avec le propos de son roman. « Tokyo-to Dojo-to » se déroule dans un Tokyo futuriste et traite notamment du sujet de l’intelligence artificielle.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

L’histoire tourne autour d’une tour-prison imaginée par une architecte qui peine à s’intégrer dans une société devenue trop tolérante à son gout.

Selon Rie Kudan, discuter régulièrement avec ChatGPT lui a permis de partager des pensées très intimes, qu’elle ne pouvait confier à personne d’autre.

Les réponses de l’IA auraient même inspiré certains dialogues de la fiction. En somme, de fructueux échanges qui auraient libéré sa créativité.

Couverture du livre de Rie Kudan primé.

Une utilisation de l’IA qui inquiète le monde de l’édition

Ce n’est pas la première fois que la rédaction assistée par IA défraye la chronique. Mais jusqu’à présent, les exemples concernaient plutôt des œuvres de qualité médiocre.

Des livres citant ChatGPT comme coécrivain ont bien été mis en vente sur Amazon. Mais ils ont été unanimement jugés décevants.

La consécration d’une fiction coécrite par une IA change la donne. D’autant que Rie Kudan n’est pas un auteur débutant, mais une romancière confirmée.

De quoi renforcer les craintes grandissantes dans le milieu de l’édition face à ces outils d’IA de plus en plus performants. Suffisant pour remettre en cause le rapport de l’homme à la création artistique ?

Un avant-gout de l’avenir ?

Difficile de penser si l’initiative de Rie Kudan reste une exception ou si elle ouvre le chemin à une nouvelle ère littéraire.

Quoi qu’il en soit, sa victoire au prestigieux prix Akutagawa marque un tournant symbolique dans la percée de l’IA dans nos sociétés.

Car la question est moins de savoir si ces méthodes vont transformer certaines activités humaines que de déterminer comment les apprivoiser au mieux.

En choisissant d’inclure ChatGPT dans son processus créatif plutôt que de le subir, Rie Kudan a peut-être montré la voie. Une forme de collaboration personne-machine qui pourrait s’avérer enrichissante si elle est bien maitrisée.

L’avenir nous dira si son pari était le bon. Mais cette autrice nous offre d’ores et déjà matière à réflexion sur notre rapport aux nouvelles technologies.