Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Vaccin contre le coronavirus: Londres accuse la Russie du pire…

Publié par Elodie GD le 21 Juil 2020 à 17:31
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Londres accuse des hackers Russes d’avoir tenté de dérober des informations concernant la recherche du vaccin contre le Covid-19. Selon le National Cyber Security Centre (NCSC), les pirates travailleraient pour les services de renseignements russes.

La suite après cette publicité
Dominic Raab accuse la Russie du pire

A lire aussi: Russie : 20 000 tonnes de Diesel déversées dans une rivière de l’Arctique

La suite après cette vidéo

La Russie impliquée dans une affaire de vol de propriété intellectuelle

Ce dimanche, Dominic Raab, le chef de la diplomatie britannique s’est dit absolument sûr de l’implication de la Russie dans les récentes cyberattaques. Selon lui le pays aurait cherché à dérober les recherches de plusieurs états concernant le vaccin contre le Covid-19. Les Etats-Unis et le Canada s’accordent avec le Royaume-Uni et accusent eux aussi la Russie d’avoir tenté de dérober des informations confidentielles.

La suite après cette publicité

Le groupe de hackers baptisé APT29 ou encore les « Ducs », ou « Cozy Bear » se seraient attaqués à des organisations travaillant à la recherche d’un vaccin contre le covid-19. Les trois pays les plus touchés par cette cyberattaque seraient le Canada, les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Informé de la tentative de piratage, le ministre des affaire étrangères Dominic Raab a trouvé cet acte complètement inacceptable. Selon lui il est inconcevable qu’un pays quel qu’il soit s’attaque à des pays qui travaillent « travaillent à la lutte contre la pandémie de coronavirus ». 

Le Kremlin dément les accusations

Selon le directeur des opérations du NCSC, afin d’arriver à leur fin, les hackers utiliseraient diverses techniques. Parmi elles le spear-shipping ou encore des logiciels malveillants personnalisés. Selon les autorités, ces attaques seraient toujours en cours. Loin de s’arrêter à des cibles gouvernementales, elles visent aussi des cibles « diplomatiques, des groupes de réflexion, des acteurs de la santé et de l’énergie pour leur voler leur précieuse propriété intellectuelle ». Ce jeudi, Londres a également accusé la Russie d’avoir interféré dans les élections législatives de décembre derniers à l’issue desquelles Boris Johnson avait été élu.

La suite après cette publicité

Le jour même, le Kremlin a démenti les accusations de cyberattaque. « Nous n’avons aucune information sur qui a pu hacker des sociétés pharmaceutiques ou des centres de recherches en Grande-Bretagne » a affirmé le porte-parole de la présidence Russe Dmitri Peskov. « Nous rejetons ces accusations, tout comme les nouvelles allégations sans fondement sur une ingérence dans les élections de 2019 » . Face aux accusation de Londres concernant les élections, la diplomate Russe Maria Zakharova a dénoncé des déclarations « floues et contradictoires, quasi-impossibles à comprendre ».

A lire aussi: Un comédien doit quitter la Russie à cause d’une blague !

Source: Le Figaro

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.