Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Les animaux bientôt élevés au statut de personnes physiques non-humaines ?

Publié par Coralie le 19 Août 2019 à 18:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Deux chercheurs de la faculté de droit de Toulon ont soulevé cette question. Ils ont annoncé vendredi dernier que les animaux devaient être considérés comme des personnes physiques non-humaines. Cette déclaration a été baptisée « déclaration de Toulon » et pourrait grandement faire avancer la manière de traiter les animaux.


Cette nouvelle déclaration pourrait faire progresser la place des animaux dans notre société. Déjà en 2015, les animaux obtenaient un nouveau statut, ils devenaient« des êtres doués de sensibilité » . À partir de là, les animaux ont été considérés avec une plus grande importance, bien qu’ils restent soumis au régime de bien. Grâce à ces deux enseignants-chercheurs de faculté de droit, les animaux pourraient devenir des personnes physiques non-humaines.

>>> À lire aussi : Requins, chiens, baleine : 15 choses que vous ne saviez pas sur les animaux

Qu’apporte ce statut de personnes physiques non-humaines aux animaux ? 

Des droits : voilà ce qu’auront les animaux s’ils deviennent des personnes physiques non-humaines. Cédric Riot et Caroline Regad, co-auteurs de cette déclaration de Toulon, la résument donc en expliquant vouloir « accorder un statut de personnalité juridique à l’animal » . De plus, elle fera écho à la déclaration de Cambridge de 2012 de chercheurs en neurosciences. Ils déclaraient que les animaux étaient dotés d’un substrat neurologique de conscience. Définir les animaux comme étant des personnes est donc la suite logique pour rester cohérent avec les déclarations du passé.

personnes physiques non-humaines

Caroline Regad et Cédric Riot à l’issue de leur Déclaration de Toulon © Radio France – F Groue

>>> À lire aussi : Japon : le gouvernement autorise la création d’embryons mi-humains, mi-animaux 

Un animal déjà considéré comme une personne

Une femelle orang-outan appelée Sandra s’est vue attribuer le statut de « personne physique non-humaine« . C’est la Chambre de cassation pénale en Argentine qui a pris cette décision. Après avoir passé 20 ans dans le zoo de Buenos Aires, elle a obtenu le droit de vivre en liberté. Ce statut lui a été remis car l’avocat à l’initiative de l’action en justice a expliqué que Sandra « avait des liens affectifs, elle réfléchit, elle ressent et se frustre d’être enfermée (…) elle communique et elle est capable de transmettre son savoir » . D’autres cas de ce genre sont recensés dans le monde. Cependant, Sandra est la seule à avoir obtenu le droit d’être remise en liberté.

>>> À lire aussi : Le ministre de l’Agriculture assiste à une corrida et indigne les défenseurs des animaux !

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.