Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Animaux

Le bois de Boulogne menacé par… des crevettes ?

Publié par Celine Spectra le 02 Sep 2022 à 18:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Depuis quelques années désormais, un danger inattendu menace les berges de la Seine ! En effet, aussi étonnamment que cela puisse paraitre, les écrevisses de Louisiane et leurs cousines Américaines envahissent les étangs du Bois de Boulogne. Ces dernières menacent la faune et la flore.

La suite après cette publicité
La suite après cette vidéo

Elles menacent l’écosystème de nos étangs

C’est une information assez étonnante, et pourtant… C’est une réalité ! En effet, depuis quelques années, des écrevisses prolifèrent par milliers au bois de Boulogne. Et plus étonnant encore, il ne s’agit pas d’écrevisses françaises mais bien de nuisibles. Ces dernières auraient été importées des Etats-Unis et notamment de Louisiane. Et le gros problème est que cette espèce menace l’écosystème de nos étangs et celui des berges de Seine.

Un danger menace les berges de la Seine !

Pixabay

Une espèce de plus en plus nombreuse depuis le début du siècle

La suite après cette publicité

De plus en plus nombreuses depuis le début du siècle, les écrevisses américaines, qui nous viennent tout droit de la côte Est de l’Amérique du Nord, sont classées comme étant une espèce susceptible de provoquer des déséquilibres biologiques. Mais sa cousine est bien pire. En effet, l’écrevisse de Louisiane est encore plus grosse et s’avère très dangereuse pour la flore et la faune, n’ayant aucun prédateur…

Si généralement on trouve ces espèces dans les étangs, il s’avère qu’elles se déplacent depuis le début du siècle aux abords et sur les berges du fleuve parisien. En 2013, la Maison de la Pêche alertait déjà sur le danger. Et lors d’une interview accordée à nos confrères du Parisien, elle indiquait que cette espèce peut creuser des terriers de deux mètres, un peu similaire à celui des ragondins, ce qui fragilise énormément les berges. Afin d’arrêter la prolifération, La Maison de la Pêche n’a donc qu’un seul conseil : régalez-vous !

Source : Le Bonbon

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.