Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Puy du Fou : animaux cuits au barbecue, chats dévorés, les terribles révélations de maltraitances animales

Publié par Justine le 18 Déc 2020 à 16:33

Alors que la centième élection des Miss France doit se dérouler sur la scène du Puy du Fou, le parc à thèmes est visé par de nombreuses accusations d’anciens employés. Ces derniers des maltraitances animales effarantes à découvrir dans la suite de l’article.

Puy du Fou accusé de maltraitance animale

PIERRE ANDRE LECLERCQ / Wikimedia Commons

>>> À lire aussi : Elle met son chien dans la machine à laver en marche pour « amuser » ses abonnés Instagram

Le Puy du Fou accusé de maltraitance animale

Souvenez-vous, le parc à thèmes le plus populaire de France était au coeur d’une immense polémique lors du déconfinement puisqu’il était autorisé à accueillir un nombre indécent de personnes dans le public en pleine crise sanitaire. Cette fois, le parc fait parler de lui sur un autre sujet : la maltraitance animale.

Omniprésents dans les spectacles, les animaux amusent et impressionnent le public qui en redemande. Afin de répondre à cette demande, les équipes du Puy du Fou doivent dresser les bêtes et n’y vont pas par quatre chemins. Recueillis par le journaliste Hugo Clément pour son émission Sur le Front, les témoignages de 4 anciens employés pointent du doigt le bien-être animal (notamment des chats) au Puy du Fou.

>>> À lire aussi : Le Puy du Fou au coeur d’une nouvelle polémique : 9000 personnes autorisées dans le public !

Le Puy du Fou reconnaît certains actes

Les anciens salariés dévoilent qu’un agneau a été mis vivant au congélateur, les chevaux sont battus, les chats pris dans des pièges à ragondin servent d’appâts pour les rapaces, les dromadaires drogués avant les spectacles, liste Le Parisien. Pire, les salariés ont abattu un daim qui s’enfuyait de trois balles dans la tête avant… de le manger. L’horreur ne s’arrête pas là puisqu’un employé avoue avoir dû « étrangler » un mouton souffrant puisque les produits pour l’euthanasier étaient « trop chers ».

La justification du parc ? Une simple erreur de recrutement. Nicolas de Villiers, président de l’association du Puy du Fou reconnaît que des « gens violents » ont été embauchés. Toutefois, il dément l’usage du bâton électrique pour dresser les boeufs et les tirs de fléchettes sur les tigres. Dans une lettre, il accuse Hugo Clément de « jeter l’opprobre sur tout notre travail ».

>>> À lire aussi : Les tigres de Fort Boyard sous calmants ? Le tweet choc qui fait polémique !

Source : Le Parisien