Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Une figue mangée, une guêpe sacrifiée : ce phénomène étonnant

Publié par Brandon Clouchoux le 11 Juil 2021 à 9:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Si vous aimez les figues… Vous aimez forcément les guêpes ! Avant de devenir un fruit si savoureux, il doit d’abord être pollinisé par une guêpe. Et cette dernière… doit obligatoirement mourir à l’intérieur de ce dernier.

La figue n’est pas un fruit

Afin de comprendre totalement le mécanisme de la figue, il est important de rappeler que ce n’est pas un fruit : c’est une fleur inversée. A la différence des autres fruits, tels que la pomme ou la poire, les fleurs du figuier sont dans l’incapacité de pousser à l’air libre.

Elles ont besoin d’une « protection » : elles peuvent seulement pousser à l’intérieur de la coque rigide qui entoure la figue. Pour constater par soi-même, rien de plus simple : couper une figue en deux.

Au niveau du centre de la figue, on peut apercevoir des pulpes rouges, et ce sont les fleurs du figuier. Si on s’approche un peu plus, on peut même observer les graines. Par synonyme, chaque fleur de figuier peut produire qu’un seul fruit. Cependant, chaque figue est composée de plusieurs graines, donc on mange « plusieurs fruits » .

Il est bon à noter, qu’il existe des figues mâles et des figues femelles : nous mangeons seulement les figues femelles.

>>> À lire aussi : Fraises : Ce noir secret sur la récolte de ce fruit va vous faire déchanter

Une figue est égale à une guêpe

Le figuier est une exception dans le monde végétal, il ne peut être pollinisé que par UNE seule espèce d’insectes : la guêpe du figuier.

Afin de polliniser, la guêpe doit s’introduire dans la figue femelle – par l’orifice prévu à cet effet -. Problème : afin d’y rentrer, elle doit se contorsionner, à tel point, qu’elle se brise les ailes et les antennes. Logiquement, une fois qu’elle est à l’intérieur, la guêpe ne peut plus ressortir : elle est donc condamnée à mourir.

Un processus assez tranchant, mais en réalité, c’est en quelque sorte une symbiose. Aucune des deux ne peut compléter son cycle de développement, sans l’assistance de l’autre. En l’occurrence, ici, c’est grâce au pollen apporté par la guêpe que les fleurs peuvent éclore. Et par conséquent, que le fruit est en capacité de mûrir.

Sans les guêpes – spéciales -, les figuiers n’existeraient finalement pas…

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.


Inscrivez-vous à la newsletter.
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail