Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Il détourne une aide financière du Covid-19 pour s’offrir la voiture de ses rêves mais il va vite le regretter !

Publié par Romane TARDY le 31 Juil 2020 à 6:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Aux Etats-Unis, David T.Hines a obtenu une grosse somme d’argent en aide à sa société face à la crise du Covid-19. Il a détourné cette aide pour son intérêt personnel : s’offrir la voiture de ses rêves. Il ne s’attendait pas à ce qui allait arriver ensuite.

A lire aussi : Allocation de rentrée scolaire : bonne nouvelle pour 3 millions de familles

Il détourne une aide de l’Etat pour s’acheter une voiture de luxe !

Aux Etats-Unis, comme dans bons nombres d’autres pays, l’Etat déploie des aides publiques pour aider les particuliers et les entreprises à survivre face à la crise sanitaire et économique suite à la pandémie du Covid-19. Certains en profitent alors pour détourner le système.

En effet, David T.Hines, un habitant de Floride de 29 ans, a demandé 13 millions de dollars pour pouvoir payer ses employés. Cela regroupait sept prêts garantis par l’Etat. Il a finalement reçu 4 millions de dollars, soit la réponse à trois de ces prêts demandés. En réalité, ses employés n’existaient pas ou ne gagnaient qu’une toute petite partie de la somme qu’il avait demandée. Il a alors détourné cet argent pour l’utiliser à des fins personnelles : s’offrir une Lamborghini Huracan Evo, la voiture de ses rêves. Elle coûte 318 000 dollars. Il lui restait donc encore de l’argent de côté qu’il a dépensé dans des bijoux, des vêtements des hôtels de luxe. Malheureusement, il ne s’attendait pas à un retournement de situation.

La police le repère

Après avoir commis un délit de fuite avec sa Lamborghini, il a été arrêté et démasqué. Les autorités ont saisi la voiture de luxe et ils ont réussi à récupérer 3,4 millions de dollars encore présents sur son compte. Il devient alors coupable de fraudes bancaires et de fausses déclarations à une institution bancaire. Devant la justice, son avocat affirme que David T.Hines avait besoin de cet argent : c’est « un entrepreneur honnête qui, comme des millions d’Américains, a souffert financièrement pendant la pandémie » . L’accusé a finalement été libéré sous caution mais assigné à résident. Il comparaîtra le 14 octobre, risquant jusqu’à 70 ans de prison.

A lire aussi : Attention, des radars sont désormais cachés dans certains véhicules de cette marque…