Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Automobile

Dos d’âne : attention, les ralentisseurs illégaux se multiplient !

Publié par Elisa GERLINGER le 17 Nov 2020 à 8:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La fin des ralentisseurs illégaux. C’est ce que souhaitent trois associations automobiles pour « ces équipements qui ne respectent ni la loi ni les normes pourtant dûment établies ».

Trois associations automobiles poussent un coup de gueule. La Ligue de Défense des Conducteurs, Pour une Mobilité sereine et durable et l’Automobile-club des Avocats se sont unis pour mettre fin aux ralentisseurs illégaux sur les routes. Dans un communiqué commun, publié le 13 novembre, elles dénoncent ce fléau. Elles incitent les autorités à mettre un terme à l’installation de « ces équipements qui ne respectent ni la loi ni les normes pourtant dûment établies ». Les associations estiment que les conséquences de ces installations « se font chaque jour plus lourdes ».

A lire aussi: Masque accroché au rétro ? Attention au PV !

Mettre fin aux ralentisseurs illégaux

« Saviez-vous qu’un ralentisseur positionné sur le trajet d’un véhicule de transport en commun ou d’un hôpital, c’est illégal ? Saviez-vous que l’utilisation des coussins berlinois, en caoutchouc vulcanisé, est interdite depuis 2009 par décision ministérielle car jugés dangereux, alors qu’on en voit encore partout ? La loi est trop souvent bafouée ! » , s’insurge Thierry Modolo-Dominati, président de Pour une Mobilité sereine et durable.

Les associations automobiles dénoncent notamment les accidents corporels et matériels, les nuisances sonores, les vibrations et la pollution créés par ces équipements routiers et principalement « les dos-d’âne aux dimensions fantaisistes ». Il s’agit de ralentisseurs non-conformes qui dépassent les quatre mètres de longueur et 10 centimètres de hauteur établis par la loi de 1994. Les auteurs du communiqué espèrent donc interpeller les pouvoirs publics pour mettre fin à ces abus.

Les associations se mobilisent

La Ligue de Défense des Conducteurs, Pour une Mobilité sereine et durable et l’Automobile-club des Avocats ne sont pas les seuls à se plaindre de la situation. L’association 40 millions d’automobilistes a lancé une pétition, le 11 novembre dernier, pour mettre fin à ces ralentisseurs illégaux. Le collectif explique notamment qu’un tiers des ralentisseurs en France seraient non-conformes. Environ 400 000 ralentisseurs sont installés en France, ce qui représente environ 133 000 dos d’ânes qui ne sont pas en règles.

A lire aussi: Top 10 des radars qui flashent le plus en France

0