Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Clash

« On a un droit à la paresse » : Sandrine Rousseau trouve que la valeur travail c’est « une valeur de droite »

Publié par La rédaction le 15 Sep 2022 à 16:51

Fabien Roussel se doutait bien qu’en tenant un tel discours, ses acolytes de la Gauche allaient lui sauter à la gorge… Et ça n’a pas manqué. Après avoir notamment confié que « les revenus comme le RSA » venaient « nourrir le chômage », le leader du Parti Communiste Français s’est attiré les foudres. Et particulièrement celles de Sandrine Rousseau, célèbre visage du parti des Écologistes. Pour elle, comme le montre la vidéo qui suit, le « droit à la paresse » doit exister pour les Français souhaitant changer de travail.

Pour Sandrine Rousseau, la paresse a du bon

Il n’en fallait pas moins pour provoquer la furie de Sandrine Rousseau. On peut donc dire que Fabien Roussel a tapé dans le mille ! En effet, ces dernières semaines, la figure représentative du parti des Écologistes n’hésite pas à dégainer dès lors qu’un sujet la chagrine. Dernièrement, les propos du leader du Parti Communiste Français lui ont déplu.

Aux accusations de Fabien Roussel énonçant que certaines allocations versées par la CAF et compagnie venaient faire des chômeurs des paresseux, Sandrine Rousseau, elle, rétorque : « Je vous dis qu’on a un droit à la paresse, à la transition des métiers. On a le droit de faire des pauses dans sa vie ». Pour elle, les propos tenus par l’ex-candidat à la présidence de la République ne sont clairement pas dans cette vision.

sandrine rousseau fabien roussel allocations paresse

Un Fabien Roussel bien loin des regrets

Pointé du doigt par ceux avec lesquels il s’était allié à l’occasion des élections législatives, Fabien Roussel n’en n’a visiblement que faire des attaques de Sandrine Rousseau. Bien au contraire : « J’assume défendre la parti du travail ». Autrement dit, son discours tend plus vers la Droite que vers sa gauche natale. Étrange pour un membre du Parti Communiste, réputé pour être… à l’extrême gauche !

De son côté, Sandrine Rousseau persiste et tient aux allocations, tant elles permettent aux employés de se donner de l’air lorsqu’ils décident de changer de vie : « Les salariés doivent pouvoir ne pas dépendre de leur emploi et avoir une sécurité. C’est les allocations, ça sert à ça ! ».

Source : BFM TV

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.